Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

BIODIVERSITÉCLIMATDÉVELOPPEMENT & DURABLEEAU & LACSOCEANS & MERSPLANÈTERÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Antarctique et banquise

Selon l’observatoire du climat européen Copernicus, en janvier 2023, l’étendue de la banquise dans l’Antarctique fut la plus faible des observations pour les mois de janvier.

L’Antarctique, continent Austral autour du pôle Sud, couvre pourtant 13,66 millions km² recouverts à 98 % de glace.

L’Antarctique est en fait une île de glace désertique juste fréquentée par des scientifiques.

C’est d’ailleurs le seul continent sans mammifère terrestre, reptile ou amphibien et sans flore.

En effet, on ne peut y accéder que dans les conditions strictes du Traité de l’Antarctique qui détermine les autorisations.

De ce fait, les seuls habitations existantes sont les 45 stations scientifiques permanentes et les camps d’études provisoires d’été.

Banquise éternelle

Pour se repérer en surface, la topographie se simplifie avec les monts Transantarctiques d’une longueur de plus de 3 218 kilomètres.

Il s’agit d’une chaîne de montagnes gigantesque qui divise le continent antarctique en deux régions : orientale et occidentale.

En principe, la banquise fond en été et se reforme en hiver.

Mais avec le changement climatique et les gaz à effet de serre, les minimums estivaux et maximums hivernaux de l’Antarctique se modifient.

Ainsi la banquise de l’antarctique recule rapidement tout comme la banquise arctique.

Selon l’observatoire Copernicus (C3S) le continent austral enregistra des records de chaleurs en 2022 avec une réduction de 31% de l’étendue de banquise au mois de janvier.

Avant la fin de l’été austral, la banquise antarctique était ainsi réduite à 1,91 million de km2.

Entre 2005 et 2015, son expansion dépassait fréquemment les 3,5 millions de km2 au plus fort de la fonte estivale.

Mais contrairement à ce qui se passe en Arctique, la couverture de la glace de mer antarctique reste stable.

La banquise de l’Antarctique se compose d’eau douce froide et moins dense que l’eau salée de l’océan.

Alors que la calotte du pôle Sud fond, la glace de mer s’étend en raison de l’inlandsis et des vents qui s’intensifient.

Mais pas seulement.

En effet, une équipe du Royal Netherlands Meteorological Institute a découvert que la raison en est la fonte de la calotte elle-même.

L’accélération de cette fonte avec le réchauffement entraîne un rejet important dans l’océan Austral d’eau douce et froide de fonte.

Cette eau de fonte froide reste en surface et lors des précipitations neigeuses les conditions sont plus favorables au développement de la glace de mer.

Surtout avec les vents.

Au final, plus l’Antarctique fond, plus le rejet d’eau de fonte est important et plus la formation de glace de mer est importante.

Curieusement, la banquise réagit au changement climatique en s’étalant davantage.

Vies en surface

L’antarctique est malgré tout très visitée par des manchots, des phoques et des baleines amatrices de krill.

En effet, près de 12 millions de manchots y résident.

On y trouve notamment 8 des 17 espèces de manchots de notre planète.

Parmi ceux-ci coexistent ainsi le manchot Adélie, le manchot empereur, le manchot à jugulaire, le manchot de Magellan, le manchot papou, le manchot royal, le manchot sauteur et le gorfou doré.

Quant aux phoques de l’Antarctique, habitués aux conditions glaciales, on en compte 6 espèces différentes.

On y observe éléphants de mer, otaries à fourrure (ours de mer), phoques crabiers, phoques de Ross, phoques de Weddell et léopards de mer.

Les uns et les autres peuvent vivre en colonies comme les phoques crabiers et de Weddell.

Mais aussi en solitaires comme les léopards de mer et les phoques de Ross.

L’océan Antarctique est aussi une aire de baignade et d’alimentation pour plusieurs espèces de baleines : baleine bleue, baleine à bosse, baleine franche australe, cachalot, orque, rorqual commun et petit rorqual.

En effet, cet océan est riche avec le Krill antarctique (Euphausia superba).

Par endroit, la densité du krill atteint 10 000 à 30 000 Krills par mètre cube.

Ce krill ne nourrit pas seulement baleines, manchots, phoques, léopards et ours de mer car il nourrit aussi les calmars et les poissons-antarctiques ainsi que les albatros et d’autres espèces d’oiseaux.

Vie souterraine et lacs

La glace principale de l’Antarctique atteint 2,16 kilomètres d’épaisseur.

Ce que l’on sait moins c’est que cette glace recouvre de nombreux lacs souterrains que l’on nomme subglaciaires.

L’Antarctique compte ainsi plus de 145 lacs subglaciaire dont le plus grand est le lac Vostok (15 690 km²) suivi du lac Sovetskaïa (1600 km²).

Ces immenses étendues d’eau liquide recouvertes de glace possèdent des formes de vie que les scientifiques étudient âprement.

Les scientifiques y découvrent ainsi des cellules microbiennes vivantes soit des chémolithotrophes

Ces organismes se nourrissent juste de composés minéraux de fer et de souffre.

Pour les recueillir, les scientifiques procèdent à des forages pour atteindre les profondeurs.

Parmi les plus connus de ces lacs, on peut aussi citer les lacs Whillans de 60 km², Ellsworth de 30 km², CECs de 18 km², Untersee de 11,4 km², Fryxell de 7,8 km², Vida de  6,8 km² et Vanda de 5,2 km².

Éruptions volcaniques

Parmi les phénomènes peu connus, les éruptions volcaniques font parties de la vie de l’Antarctique.

En effet, le sol de glace renferme aussi de nombreux volcans éteints.

Par contre, il en existe encore 2 complètement actifs.

Le premier se trouve sur l’île de la Déception et l’autre compose le Mont Erebus.

Sur l’île de la Déception, le volcan enfoui provoque des éruptions qui ne se produisent que sous la glace.

Le Mont Erebus est quant à lui très actif et comporte un lac de lave en fusion permanente dans son cratère.


L’Antarctique avec les glaces de la calotte recèle la plus énorme réserve d’eau douce de notre planète soit près de 70 %.

Article : P. du Chélas

Lacs subglaciaires souterrains en antarctique

Manchot Empereur

Premières baleines dans l’océan

Le krill représente la plus grande biomasse

Lac Vostok : 77°00′S 105°00′E

Lac Vida

Eau douce : une ressource stratégique mondiale

Ressources en eau de notre planète bleue

Premières baleines dans l’océan



Newsletter Green Hired

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!