Charbon et extraction
ANTICIPATION & CONSEILS, CHARBON, ÉNERGIES FOSSILES, ENVIRONNEMENT & PLANÈTE, RESSOURCES FOSSILES

Charbon et transition énergétique

La valeur énergétique du charbon, point essentiel de la transition énergétique, réside dans sa haute teneur en carbone.

Le terme générique de charbon regroupe d’ailleurs plusieurs produits : tourbe, lignite, houille et l’anthracite, une variété supérieure de la houille.

De longue date, cette ressource fossile sert à produire de l’énergie pour des applications thermiques (chauffage et électricité) ou métallurgiques (charbon sidérurgique).

On lui doit aussi notre ère industrielle. Tout comme le pétrole et le gaz qui lui succéderont.

Par contre le charbon est moins facile à transporter que le pétrole ou le gaz.

Hormis le record de l’année 2009 avec 1,276 milliard de tonnes extraites, en moyenne la capacité de production du charbon dans le monde est 915 millions de t/an.

Par contre charbon et transition énergétique se heurtent aujourd’hui à la crise énergétique.

Valeur marchande

Le charbon occupe la première place des réserves mondiales en combustibles fossiles.

En plus, le charbon est aussi la deuxième source d’énergie mondiale et la troisième en Europe.

Honni par la transition énergétique et fléché vers un déclin terminal, le charbon est l’énergie toujours en plein essor.

Par contre l’inconvénient du charbon est qu’il est le produit le plus volumineux et le plus cher à transporter par rapport à sa valeur.

Toutefois il possède un atout de taille au regard de la crise énergétique actuelle.

En effet il n’a pas besoin d’infrastructures lourdes pour son transport.

Et cela à l’inverse du gaz avec ses terminaux méthaniers et le pétrole avec ses pipelines (comme Droujba).

Après avoir servi de combustible pour le chauffage, fait fonctionner les machines à vapeur et les trains, le charbon trouve aussi d’autres utilisations.

Il est le carburant des centrales électriques thermiques et la clef de la métallurgie pour l’acier mondial.

Environ 8500 centrales à charbon fonctionnent dans le monde pour une capacité totale de plus de 2 000 gigawatts. Et 300 nouvelles centrales sont en chantier.

De plus les progrès techniques en font aujourd’hui un élément pour la fabrication de plastiques, de colorants industriels, de la parfumerie, de la pharmacie et du textile.

Au final le prix du charbon reste inférieur à celui des autres ressources fossiles et de loin le plus stable.

Ses hausses de prix résultent toujours de celles des coûts du fret et donc du pétrole.

Exploitation

L’estimation des réserves de charbon, abondantes, laissent présager près de deux cents années de production.

Globalement le charbon représente 80% des réserves de combustibles fossiles.

En plus, ses réserves sont répartis dans l’ensemble du monde de manière équilibrée.

Volumineux, le charbon reste certes difficile à extraire et présentent des problèmes environnementaux avec sa combustion.

Les émissions de CO2 d’une centrale à charbon sont doubles de celles d’une centrale à gaz.

En effet, les émissions du charbon atteignent ainsi 41% des émissions mondiales de CO2.

Auxquelles s’ajoutent aussi les émissions de poussières de NOX et de SO2 ainsi que diverses autres pollutions.

En définitive l’avenir du charbon devra être celui d’un combustible plus propre et moins polluant.

Et cela grâce à de nouvelles technologies.

Par contre le charbon va peser lourdement entre les engagements environnementaux et la lutte contre la précarité énergétique.

C’est tout le paradoxe entre charbon et transition énergétique.

Exportation de charbon

Les principaux pays exportateurs mondiaux de charbon restent par ordre décroissant ; l’Australie avec 29,1 %, l’Indonésie avec 26,8 % et la Russie avec 17,8 %.

D’autre part ces trois pays dominent le marché mondial du charbon pour les pays importateurs.

Globalement la part de charbon à l’exportation est passée de 15 % à 22 %.

Par contre cette part reste encore derrière celle du gaz qui est de 25 % et très loin de celle du pétrole avec ses 59 %.

Ces chiffres donne une image mais une autre tendance s’installe.

En effet les pays producteurs conservent généralement leurs énergies fossiles faciles à utiliser.

Et par contre ils se débarrassent de la moins pratique.

Hormis une petite baisse de 2013 à 2016, la production mondiale de charbon ne fait qu’augmenter avec une tendance de long terme.

L’Europe produit d’ailleurs encore 340,3 millions de tonnes (2021) dont environ 308 millions de lignite.

La Chine qui est le premier producteur mondial de charbon avec 756 millions de tonnes de charbon (2020) n’exporte quasiment pas son charbon.

Avec le conflit en Ukraine, l’exportation du gaz (russe) diminue en Europe ; panne de Stream 2 en cours

Et donc le charbon reprend de la place surtout pour la métallurgie et l’électricité.

L’Europe était auparavant la première destination du charbon russe (45 % des exportations russes) devant la Chine (17,6 % des exportations russes).

Mais grâce à son invasion de l’Ukraine, poutine ne peut plus depuis exporter non plus de charbon en Europe.

Aussi l’Europe doit se tourner vers l’Australie, l’Afrique du Sud, la Colombie et les États-Unis pour son approvisionnement.

D’or et déjà l’Afrique du Sud augmente ses exportations vers la France ; elles passent de 68 000 tonnes en 2021 à plus de 460 000 tonnes pour 2022.

Impasse énergétique

Avec la transition énergétique, le charbon tout comme le pétrole et le gaz devait disparaître.

Et par ailleurs les énergies renouvelables devaient bouleverser notre monde.

Mais l’histoire ne s’écrit pas avant.

Au nom d’une transition temporaire de son charbon, l’Allemagne livra l’Europe au gaz russe.

Et cela après avoir inciter toute l’Europe à se débarrasser du nucléaire alors que l’électricité devenait essentielle pour la transition énergétique. Et la lutte contre les gaz à effet de serre.

Ainsi grâce à l’Allemagne et à cause de poutine, la transition énergétique prend la tournure d’une crise énergétique.

Encore liée au pétrole et privée de gaz, l’Europe doit ainsi revenir au charbon dont elle voulait se débarrasser.

L’industrie et la métallurgie doivent bien évidemment fonctionner.

Sans énergie, notre économie s’effondre.

Du coup on se propose de décarboner l’Afrique du Sud pour obtenir du charbon.

Toujours le paradoxe charbon et transition énergétique.

Article : P. du Chélas

Climat, transition énergétique et réalités

Énergie verte et transition énergétique

Gaz et pétrole russe

Pétrole russe et Oléoduc Droujba (Druzhba)

Centrales nucléaires et production

Lithium et pollution de l’environnement

Voitures à pédales électriques

Déforestation et impacts sur la biodiversité

Tension énergétique en France


Il faut toujours connaître les limites du possible.
Pas pour s’arrêter, mais pour entreprendre l’impossible dans les meilleures conditions.
Romain Gary (Roman Kacew) : Charge d’âme, 1977



Après votre inscription, vérifiez dans vos spams le premier envoi de la Newsletter

Photo : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!