Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

CONVENTIONS & TRAITESDROITINTELLIGENCE ENVIRONNEMENTALEPOLLUTION CHIMIQUEPOLLUTION MARITIMESOMMETS ET CONFÉRENCES

Convention de Minamata et mercure

Tout commença dans la baie de Minamata de l’île japonaise de Kyūshū pour finir à Genève avec la Convention de Minamata sur le mercure.

Une étrange maladie frappa en effet la population locale qui présenta des symptômes neurologiques de 1932 à 1966.

On mit d’ailleurs longtemps à identifier le phénomène.

De nos jours, il est clair que cette maladie résultait de l’ingestion du mercure.

Ce mercure provenait ainsi d’une usine pétrochimique : la compagnie Shin Nippon Chisso.

En effet, cette usine rejetait ses métaux lourds, dont du mercure, directement dans la baie de Minamata.

Cette catastrophe écologique, digne d’un écocide, provoqua aussi des drames humains avec une intoxication de la population.

De surcroît, sur les 2265 victimes de cette intoxication, 1784 personnes en sont mortes.

En raison à la fois des conséquences humaines, économiques et sociales de ce drame l’idée d’une convention émerge.

PNUE face au mercure

Elle sera ainsi adoptée en 2013 à Genève pour réduire les émissions mondiales de mercure.

Cette convention datant de 2013 porte d’ailleurs le nom de Minamata.

En 2003, la vingt-deuxième session du Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour l’environnement pris connaissance d’un rapport sur l’évaluation mondiale du mercure.

Sa conclusion fut que le mercure et ses composés provoquaient des effets trop négatifs importants au niveau mondial et qu’il fallait renforcer l’action entreprise à l’échelle internationale.

En 2013, soit 10 ans après l’appel de la Norvège et de la Suisse de disposer d’un instrument juridiquement contraignant, la cinquième session du Comité de négociation intergouvernemental conclura ses négociations et ses travaux avec un accord.

Il s’agissait du texte de la Convention de Minamata sur le mercure dont l’adoption devient officielle et ouverte à la signature le 10 octobre 2013 lors de la Conférence diplomatique des plénipotentiaires à Kumamoto au Japon.

La Convention de Minamata entra en vigueur le 16 août 2017.

Ce fut le premier accord environnemental mondial négocié au XXI° siècle.

Cette convention prend une approche globale du traitement du mercure depuis son extraction jusqu’à sa gestion finale comme déchet.

En donnant son nom à la Convention, Minamata n’est plus seulement un problème mais devient aussi une solution.

Au cours de sa quatrième réunion, la Conférence des Parties (COP) à la Convention de Minamata lança un processus d’évaluation de son efficacité.

Un groupe scientifique est alors mis sur pied.

Article : P. du Chélas

Mercure et intoxication mortelle

Métaux lourds et intoxication

Pollutions de la biosphère

Convention sur la diversité biologique – CDB 1992

Fonds mondial pour l’environnement

Conventions des Parties : COP, CMP et CMA

Convention de Londres sur l’interdiction des immersions de déchets

Conférence de Stockholm de 1972

COP et CO2 : mission impossible



Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!