Green Hired Art

Made in Montreuil sur Mer

DÉCHETSPOLLUTIONSRECYCLAGE & OBSOLESCENCE

Déchets Hospitaliers et traitements

Le recyclage des déchets Hospitaliers et leurs traitements sont de nouveaux enjeux de taille.

En effet, en France, les établissements de soins ont une production annuelle de 700 000 tonnes de déchets de toutes sortes.

Cela représente 3,5 % de la production nationale des déchets totaux.

Mais cela représente aussi 1 tonne de déchets produite par lit d’hôpital.

La moyenne nationale est ainsi de 360 kg par an et par habitant.

Les déchets produits avec les activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif, dans les domaines de la médecine humaine et vétérinaire sont desdéchets d’activités de soins.

Les traitements des déchets Hospitaliers deviennent des priorités dans la gestion des Établissements.

Réglementation des déchets hospitaliers

La loi réglemente strictement la gestion des déchets produits par les établissements de soins.

En effet, la loi rend les établissements de soins responsables de cette production.

Deux principaux textes juridiques fondent les principes :

¤ La loi du 15 juillet 1975 relative à l’élimination des déchets qui pose les jalons d’une politique de gestion à l’échelon national et qui consacre le principe du pollueur payeur

¤ Le décret du 18 novembre 1996 relatif aux Plans régionaux d’élimination des déchets industriels spéciaux (PREDIS) qui rend obligatoire la mise en œuvre de Plans régionaux d’élimination des déchets à risques des activités de soins (PREDAS), récemment renommés PREDD, pour Plans régionaux d’élimination des déchets dangereux.

Au total, 85% environ des déchets liés aux soins de santé sont comparables aux ordures ménagères.

Ils ne sont ainsi pas dangereux tandis que les autres 15% sont considérés comme dangereux.

Ces déchets qui peuvent aussi être infectieux, chimiques ou radioactifs rentrent dans la catégorie des DASRI.

Dans ce contexte d’organisation, un déchet assimilé aux ordures ménagères (DAOM) n’est donc pas traité de la même manière qu’un déchet d’activités de soins à risques infectieux (DASRI).

Il en va de même pour un déchet de médicaments.

Par contre, un DAOM n’aura surtout pas le même coût.

Ainsi, les déchets Hospitaliers produits par les établissements hospitaliers relèvent de trois grandes familles de déchets identifiées ; les DAOM, les DAE et les DAS

Déchets courants ou géneraux

Les DAOM (déchet assimilé aux ordures ménagères) représentent le plus gros volume de l’ensemble des déchets Hospitaliers.

Non contaminés, certains de ces déchets font l’objet de valorisation spécifique (bio-déchets, cartons, papiers..).

De même, d’autres sont destinés aux sacs poubelles ordinaires etsont traités selon la filière classique de déchets ménagers.

Il s’agit notamment des surblouses jetables, surchaussures, lingettes d’entretien, protections incontinence…

Le traitement varie en fonction de la politique de gestion mise en place par les établissements.

Déchets anatomiques humains

Il s’agit bien de déchets d’origine humaine.

Ces déchets englobent les tissus et organes du corps humain.

Mais aussi les iquides et matières biologiques tels que l’urine, le sang, des pièces anatomiques issues de l’activité de chirurgien.

A ces déchets s’ajoutent aussi les cadavres d’animaux de laboratoire utilisés dans la recherche médicale et les carcasses d’animaux contaminées.

Les déchets pharmaceutiques

Les déchets pharmaceutiques regroupent médicaments, vaccins et sérums périmés et qu’ils soient inutilisés ou contaminés.

Il faut noter que les officines pharmaceutiques de par leurs préparations produisent aussi de nombreux déchets pharmaceutiques.

Ces déchets ne peuvent toutefois être éliminés dans la filière des DASRI.

Déchets toxiques et à risque chimiques

Cette catégorie de déchets comprend les désinfectants, les produits de maintenance et aussi les produits d’entretien.

Elle comprend aussi tous les produits chimiques ainsi que les gaz fluorés et les appareils contenant des PCB (PolyChloroBiphényles) et PCT (PolyChloroTerphényles).

On classe aussi dans cette catégorie, les déchets d’équipement électriques et électroniques et les accumulateurs (D.E.E.E).

Déchets radioactifs ou nucléaire

Au sein des hôpitaux, les services de médecine nucléaire manipule des radioéléments qui vont générer également des déchets radioactifs.

Le rayonnement de certains isotopes radioactifs comme le Cobalt par exemple, détruisent les cellules cancéreuses.

La prise en charge des patients radioactifs et des déchets posent des problèmes de radioprotection et de gestion de ces déchets.

Cela impacte les soignants, le personnel paramédical et les manipulateurs des déchets radioactifs.

En hôpital, on trouve surtout des substances radioactives avec des demi-vies de quelques jours.

En 2018, la France comptait un parc de scanner de 1175 appareils.

L’âge moyen du parc est de 3,6 ans.

Les déchets d’activité de soins

Les déchets d’activités de soins sont des déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif.

Ces déchets proviennent des domaines de la médecine humaine ou vétérinaire.

Déchets DASRI

Avec la généralisation de produits à usage unique dans le secteur de la santé, la quantité de déchets d’activités de soins à risque infectieux augmente considérablement.

Ainsi, 165 000 tonnes de DASRI sont produites chaque année.

Cela représente environ 17 % de la totalité ses déchets pour un établissement de soins.

Les déchets infectieux regroupent les déchets contaminés par du sang et d’autres liquides corporels.

Ils comprennent aussi les cultures et les stocks d’agents infectieux utilisés en laboratoire.

C’est le cas des déchets d’autopsies et des animaux de laboratoire infectés.

Les déchets infectieux proviennent aussi de patients hospitalisés et placés en isolement.

De plus ces déchets inclus les matériels comme les écouvillons, bandages et dispositifs médicaux jetables.

Pour un établissement de santé, les déchets Hospitaliers sont un sujet auqel il faut repondre avec des traitements spécifiques.

Article : Roman Skorupski

Déchets et responsabilités

Déchets dangereux des ménages

Les déchets inertes, non dangereux

Déchets électroniques, e-déchets et D.E.E.E

Les déchets Nucléaires

Trafics de déchets

Pollution de l’environnement

Insectes : alimentation et santé


Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : www.etrembieres.fr & freepik.com

error: Content is protected !!