Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ANTICIPATIONÉCONOMIEÉNERGIES RENOUVELABLESÉOLIENNES & ÉNERGIESINTELLIGENCE ENVIRONNEMENTALE

Éoliennes et bénéfices financiers

Éoliennes et bénéfices financiers, qu’en est-il ?

On l’oublie mais il est utile de le rappeler : les éoliennes comme toutes les énergies renouvelables sont soumises aux lois du marché.

Au-delà des utopies environnementale d’un éden vert, une éolienne reste avant tout un projet financier.

Avec des investissements et des retours sur investissement.

Ainsi, aujourd’hui, les éoliennes ne sont pas rentables sans subventions étatiques.

Par contre, aujourd’hui, et selon l’association France Energie Eolienne (FEE), les éoliennes pourraient être bénéficiaires sans subventions.

Et cela grâce (ou à cause) de la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie.

Mais le problème reste le même : l’éolien est une source d’énergie intermittente.

Cette énergie dépend notamment des aléas climatiques et surtout du vent.

Réalités physiques

En 2020, le parc éolien français possédait une puissance installée de 17,6 GW.

Cette année là, l’éolien terrestre a couvert 8 % des besoins électriques de la France : la production d’électricité s’éleva alors à 39,7 TWh.

L’année 2020 fût d’ailleurs l’une des trois années les plus chaudes.

Le maximum de cette production sera ainsi enregistrée le 10 février 2020 avec une puissance de 13 409 MW.

En effet, même si une éolienne tourne entre 75% et 95% de son temps, elle n’atteindra pas sa capacité maximale (notre article éolienne et production).

En 2007, on annonçait une rentabilité se situant entre 10 % et 20 % pour les parcs éoliens (sur 20 ans).

Mais cela à la condition d’une exposition à des vents développant une production durant 2200 à 3400 Heures de fonctionnement à la puissance nominale (notre article éolienne et performances).

Projet financier

Le critère principal d’un projet éolien c’est la durée d’exploitation de la machine.

Il s’agit là de sa durée d’utilisation qui doit se distinguer de sa durée de vie.

C’est ce critère de durée d’utilisation qui permet de cocher toutes les cases de validation du projet d’éoliennes et de bénéfices financiers ;

  • capital disponible
  • choix du site
  • hauteur de mât
  • qualité de la machine
  • niveau de maintenance
  • puissance instantanée du vent

Il faut avoir à l’esprit que la loi impose une distance minimale d’implantation de 500 mètres avec des habitations. 

De même, la loi impose aussi un seuil sonore de 35 décibels à ne pas dépasser.

Par contre, de nos jours, avec les nouvelles technologies, le facteur de charge de l’éolien en mer est de 45 à 50 %, soit le double de l’éolien terrestre.

Bénéfices financiers

Dans un rapport de 2020, l’ADEME estima les coûts de production de l’énergie des éoliennes terrestres pour en établir les bénéfices financiers.

L’agence évaluait alors ces coûts de production d’environ 50 à 71 euros/MWh.

Cette estimation de l’ADEME était également proche de celle du Syndicat des énergies renouvelables.

Son président évoquait d’ailleurs un prix de 68 euros du mégawattheure sur le marché européen.

Par contre, l’énergie éolienne reste plus chère à produire que le nucléaire : 60 euros du mégawattheure contre 32 euros.

Un prix important pour la production reste par contre celui du prix de rachat du kWh produit par une éolienne domestique.

Le contrat de rachat par EDF est en effet normalement garanti pendant 15 ans.

Mais ce prix varie au cours de la durée du contrat :

  • 0 à 10 ans : 0,082 € /kWh
  • 10 à 15 ans : entre 0,028 € à 0,082 €/kWh

Impôts et taxes

Point important, avant de faire gagner de l’argent au porteur du projet, une éolienne rapporte de l’argent aux collectivités.

Depuis la suppression de la Taxe Professionnelle (freinant les projets) l’Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER) taxe les projets éoliens au profit des collectivités territoriales.

Pour 2022, le taux de revalorisation de l’IFER est de 1,5 % ; le coefficient de majoration du tarif pour l’année 2022 est ainsi de 1,08442.

Ainsi avec l’installation d’une éolienne terrestre, une collectivité territoriale engrangera entre 10 000 € à 12 000 € par an et pour chaque MW.

Un petit parc de 5 éoliennes de 2 MW chacune fera gagner entre 100 000 € à 120 000 € par an aux collectivités (ADEME).

La commune d’implantation percevra la taxe foncière qui se situe en moyenne entre 10 ou 15 000 euros par an.

A noter qu’une commune peut-être propriétaire du terrain et dans ce cas percevoir un loyer qui sera variable : 2500 euros par MW et par an en moyenne.

Chiffre d’affaires

Avec un facteur de charge de 20 %, une éolienne de 2,5 MW produit par an environ 4,4 millions de kWh.

Cette production représentera environ un revenu de 380 000 €/an au tarif de 86 €/MWh.

Le prix du marché, (environ 86 €), conditionnera la rentabilité de tout projet.

Par contre la production de Kwh dépendra du vent.

Les taxes de l’IFER se répartissent comme suit ; région 30 %, communauté de commune 50 % et commune 20 %.

En matière d’Éoliennes et performances, une habitude est prise ; celle de vanter leurs capacités maximales de production

Article : P. du Chélas



Éoliennes et production : la vérité

Éoliennes et performances

Recyclage des pales d’éoliennes

Les Éoliennes en Méditerranée

Éoliennes et Écosystèmes marins

Les Éoliennes en Belgique et Parcs offshore

Éoliennes et vent propre

Technologie des panneaux solaires

Batterie au sodium-ion

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!