Green Hired Art

Made in Montreuil sur Mer

DÉVELOPPEMENT & DURABLEÉNERGIES RENOUVELABLESENVIRONNEMENTÉOLIENNES & ÉNERGIES

Éoliennes et production : la vérité

Le lobby et le mythe des performances des éoliennes s’accentuent mais un autre regard doit y être porté pour connaître la vérité entre Éoliennes et production.

Premier point ; on présente toujours une éolienne avec sa puissance installée ; 3 GW par exemple.

En fait, il s’agit de la production d’électricité théorique d’une éolienne.

Cette puissance de production s’exprime ainsi en Kilowatts (kW) et souvent en Gigawattas (GW).

C’est en fait la capacité de son rotor pour faire simple.

En théorie une éolienne de 5 kW qui tournerait à vitesse nominale pendant 1000 heures produirait 5000 kWh. 

Mais dans la vraie vie et dans le fonctionnement d’une éolienne, il existe des paramètres variables et d’autres invariables.

Ainsi une éolienne ne fonctionne jamais à 100 % en raison du vent et de sa vitesse.

Facteur de capacité d’une éolienne

Deuxième point ; les performances diffèrent selon que l’on parle de puissance théorique, de production ou de puissance disponible.

Dans la pratique, une éolienne de 2 MW et bien située produit approximativement 4 GWh par an.

En France, on considère que toutes les éoliennes du parc national permettent une puissance moyenne de 3MW.

En divisant leur production totale annuelle (24000 GWh) par la capacité (13GW), on arrive à un fonctionnement moyen du parc de 1846 heures en équivalent heures pleines dans l’année.

Si on compare cela au total des heures dans une année (8760), on peut conclure que les éoliennes ne fonctionnent à plein rendement que 21% du temps.

Dans le jargon Éole, le facteur de capacité des éoliennes est donc de 21%.

Éoliennes et production : on approche de la vérité.

Crédit de capacité de production

Le crédit de capacité correspond à la puissance disponible de l’éolienne.

Ce critère se nomme la puissance ferme au moment des heures de pointe.

Cette puissance ferme doit être appelable à volonté et sans risque de défaillance du réseau général.

C’est ce critère qu’une installation de production d’électricité doit intégrer pour être optimum dans la production globale d’électricité.

Par contre le crédit de capacité prend en compte les spécificités du moyen de production ;

  • Rigidité d’une centrale classique qui ne s’arrête pas immédiatement
  • Flexibilité d’une éolienne pour la remise en route

Ainsi le crédit de capacité de l’éolien est de 10%.

Dans le dispositif de production nationale, 3MW d’éolien permettent de remplacer seulement 300 kW de puissance ferme.

Il est à noter d’ailleurs qu’il diminue au fur et à mesure du taux de pénétration de l’éolien

A l’opposé, le crédit de capacité d’une centrale nucléaire avoisine 70%.

Que l’on soit pro-éolien ou pro-nucléaire, le paramètre déterminant d’une installation électrique est sa puissance disponible.

C’est d’ailleurs ce qu’attendent les usagers de l’électricité, professionnels ou non

Paramètres climatiques et énergie

Troisième point ; le vent est la vrai énergie naturelle qui permet à une éolienne de produire de l’électricité.

Plus exactement, une éolienne est une machine qui transforme l’énergie du vent en énergie mécanique.

Ainsi, le vent impose ainsi ses contraintes et l’emportera :

  • puissance instantanée du vent
  • énergie du vent
  • distribution du vent

Puissance instantanée du vent

Pour quantifier la source d’énergie dont on dispose, on utilise comme critère la puissance instantanée du vent.

C’est une vitesse “V” à un moment donné et qui traverse une certaine surface “A” sachant que la masse volumique de l’air vaut approximativement 1.2 kg/m³ à 20°C au niveau de la mer.

Ainsi la puissance disponible du vent à un instant donné dépend du cube de la vitesse du vent. 

Énergie du vent

Il ne faut pas confondre l’énergie du vent et sa vitesse.

L’énergie du vent intègre sa puissance sur une même période avec une vitesse moyenne ;
vent moyen de 6m/s durant 24 h et sur une période de trois jours par exemple.

Le calcul sur le terrain permet notamment de découvrir la vrai nature du vent.

En effet on constate immédiatement avec les observations que sa distribution n’est jamais identique.

Même avec des vitesses moyennes identiques.

Pour simplifier, on retient d’ailleurs comme critère la fonction de distribution du vent plus simple pour les calculs.

Il suffit alors d’utiliser les valeurs mesurées de vitesse du vent et de regarder à quelle fréquence les différentes vitesses sont rencontrées.

En général, on se sert des observations sur une période de 10 ans pour établir une table de références.

Éoliennes et production : il ne faut pas confondre la vérité avec l’opinion générale.

Article : Roman Skorupski

Éoliennes et performances

Éoliennes et bénéfices financiers

Recyclage des pales d’éoliennes

Énergies renouvelables contre énergies fossiles

Énergie verte et transition énergétique

Energie marémotrice, lune et soleil

Panneaux Solaires sous le soleil

Charte sur l’énergie ou TCE


Le facteur de charge d’une éolienne correspond au rapport entre son énergie effectivement produite pendant une durée et l’énergie qu’elle pouvait générer avec sa puissance nominale durant la même période
Cela vaut aussi pour toute centrale électrique



Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : freepik.com

error: Content is protected !!