Green Hired Art

Made in Montreuil sur Mer

EAU & LACSÉVÉNEMENTSJO 2024ORGANISATIONSTENDANCES

JO 2024 : natation dans la Seine

Les épreuves de natation des JO 2024 se dérouleront dans la Seine.

Rien que l’idée attirera assurément les spectateurs et cela aussi sûrement que Rihanna en concert.

En effet, le défi est de taille et la ville de Paris le promet : en 2025, la Seine sera autorisée à la baignade.

Et dés les JO 2024, les athlètes se lanceront donc dans le Seine pour les épreuves olympiques.

La botte secrète de la Mairie de Paris repose sur deux unités de désinfection des stations d’épuration du SIAAP (Service public de l’assainissement francilien).

L’une à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et l’autre à Valenton (Val-de-Marne).

A cela s’ajoute aussi un bassin d’une contenance de 46 000 m3 près de la gare d’Austerlitz.

D’une profondeur de 30 m son rôle sera de limiter la pollution de la Seine en cas de pluie.

L’objectif est en effet de réduire les pollutions pour obtenir une eau de qualité durable et ainsi améliorer la biodiversité.

L’affaire est sérieuse car ce projet date de 2016 et il existe un financement de 1,4 milliard d’euros, dont 700 millions offert par l’État.

Le schéma prévoit d’ailleurs cinq sites de baignade :

  • deux sur les bords du Parc Rives de Seine (Paris Centre)
  • un au port de Bercy (12e)
  • un dans le bois de Boulogne (Allée du Bord de l’Eau -16°)
  • un sur le bras Marie (Paris Centre)

Parmi les rejets polluants ceux des péniches en bord de Seine ne sont en effet pas des moindres pour la qualité bactériologique de l’eau.

En effet, ces péniches rejettent leurs eaux usées dans la Seine.

Ainsi, la Mairie doit faire procéder aux raccordements de ces péniches à des réseaux d’assainissement dans chaque port parisien.

L’objectif est la chasse à l’Escherichia coli et aux entérocoques intestinaux.

Il s’agit en effet deux bactéries de contamination fécale de l’eau.

Ces bactéries provoquent des troubles des intestins et de la sphère ORL (oto-rhino-laryngologie).

Les péniches ne sont d’ailleurs pas seuls en cause.

En effet, près de 35 000 immeuble, maisons individuelles et hôtels et sont dans le même cas.

La tache est colossale et le calendrier des travaux s’accélèrent à grand pas.

Il faut atteindre les normes pour des épreuves olympiques.

Les départs se feront depuis des pontons à hauteur du pont Alexandre-III pour le triathlon, le para-triathlon et les 10 km du marathon.

Avant que les athlètes des JO 2024 ne se jettent à l’eau, des tests de natation pour le triathlon et le para-triathlon seront organisés dans la Seine aux abords du pont Alexandre-III au cours de l’été 2023.

Il est fort possible de s’y inscrire si l’expérience vous tente.

Après les JO 2024, les naïades parisiennes pourront ainsi se jeter a l’eau en 3 endroits : Bercy Bras Marie et Grenelle.

Le triathlon mondial a lancé son « test event » le premier test dans la Seine le 17 août 2023.

Ainsi 65 concurrentes ont fait le plongeon dans Seine depuis le pont Alexandre III.

Le test comportait 1500 m de natation sous forme de boucle en direction du pont de l’Alma.

Aucune concurrente n’est portée disparue.

Pourvu qu’il fasse beau afin que la Maire de Paris puisse se baigner…

Article : Roman Skorupski



JO 2024 et écologie

JO 2024 et tensions politiques

Mondial 2022 et écologie au Qatar

JO 2024 : eVtol et Volocopter

JO 2024 : Coca-Cola et la planète

Mondial 2022 et écologie au Qatar

JO 2024 : les Phryges comme mascottes

JO 2024 : Teahupo’o et sa cabane de Surf

Neom et les Jeux d’hiver 2029

JO 2024 : Navettes UrbanLoop

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : Paris JO 2024 Organisation

error: Content is protected !!