Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

DÉVELOPPEMENT & DURABLEEAU & LACSÉNERGIES RENOUVELABLESNATUREOCEANS & MERSRESSOURCES NATURELLES

Le monde manque d’eau et pénurie d’or bleu

Notre planète bleue visible dans l’univers doit son nom à un liquide naturel, l’eau. Salée ou non. Pourtant aujourd’hui il y a pénurie d’or bleu etle monde manque d’eau.

Bien qu’elle lui donne sa couleur, l’eau ne représente qu’une minuscule fraction de la masse de notre planète.

Elle représente 0,023 % soit un demi millième de la masse terrestre.

Cela représente à peu près 3 milliards de milliards de tonnes d’eau. Ces quantités d’eau sur terre sont d’ailleurs constantes.

Si l’on compare l’eau de mer et l’eau douce, cette dernière ne représente qu’une petite part.

En effet, l’eau douce ne représente que 35 millions de km3.

Par contre, il faut avoir à l’esprit que c’est dans cette petite proportion que les 7 milliards d’hommes trouvent le salut.

Ces 35 millions de km3 permettent ainsi à l’homme de boire.

Ils font aussi boire les animaux, irriguent les cultures, etc..

Sur notre planète, tous les êtres vivants ont besoin d’eau et sans elle la mort arrive rapidement.

Un volume d’eau et de glace

La masse d’eau serait de l’ordre de 1,386 milliard de km3 d’H²0 (H2O).

Cette masse comprend des lacs, des mers, des océans, des nappes phréatiques et aquifères.

Elle comprend aussi des glaciers, des calottes polaires, des rivières et des fleuves.

Schématiquement dans la masse d’eau, l’eau salée des océans est de l’ordre de 97,5 %.

L’eau douce est de 2,5 % de la masse globale.

Cette masse d’eau représente globalement 1,338 milliard de km3 pour les océans et les mers (océans qui couvrent plus de 70 %).

Cela fait 24 millions de km3 pour les calottes polaires (Groenland et Antarctique), glaciers et neiges éternelles.

Il reste 24 millions de km3 également pour le sous-sol et la croûte terrestre.

La différence restante représente donc les glaces du pergélisol, les lacs, les marais l’humidité des sols, l’humidité de l’atmosphère.

Et aussi l’eau dite biologique se trouvant prisonnière dans tous les organismes vivants sur terre.

Cette eau biologique représenterait 1 100 km3.

L’eau se repartit aussi pour moitié dans le manteau rocheux (où elle s’infiltre) et pour moitié à la surface.

La réparation planétaire

L’eau recouvre 72% de la surface de la terre.

Mais l’homme ne peut utiliser que moins de 1% du volume total de l’eau soit 0,028 % de l’hydrosphère.

En effet, sur notre planète, l’eau est principalement salée et donc l’eau douce ne représente que que 2,8% du volume global de l’eau.

Dans cette part d’eau douce, les glaces et les neiges permanentes représentent 2,1%.

Au final, la part d’eau douce disponible pour les espèces n’est que de 0,7%.

Cette eau disponible se trouve dans des cours d’eau, des réservoirs naturels ou artificiels (baies côtières, lacs, fleuves,..) et des nappes d’eau souterraine (aquifères).

En ce qui concerne l’eau potable, elle provient pour 62 % des eaux souterraines (nappes phréatiques superficielles ou profondes) et pour 38 % des eaux superficielles (torrents, rivières, lacs).

Les scientifiques ont évalué les ressources mondiales en eau continentale à 40 000 millions de km3/an.

Cette évaluation porte sur l’eau douce renouvelable (eau de pluie, évapotranspiration et évaporation).

Au regard de cette évaluation, chaque habitant de la terre dispose de 5700 m3 d’eau par an. Hors il y a pénurie d’or bleu.

Disponibilité de l'eau douce dans le monde

La répartition géographique

Les ressources d’une région en eau dépendent du climat qui influe sur les précipitations (pluviométrie).

La variation des précipitations oscille de 10 000 m³ à 10 000 000 m³ par km².

Si on compare par pays, 60 % des ressources naturelles renouvelables d’eau douce se trouvent dans 9 pays : Brésil, Canada, Chine, Colombie, États-Unis, Fédération Russe, Inde, Indonésie et Pérou.

Depuis 2010, l’accès à l’eau potable est reconnu comme un droit fondamental par l’ONU.

En terme de population, en 2015, 1,4 milliard de personnes n’avait pas accès à de l’eau potable.

Par contre, le nombre de personnes ayant accès à l’eau potable est passé de 5 à 6,5 milliards.

Dans le Région européenne de l’OMS (soit 50 pays), sur les 900 millions de personnes qui habitent la région, 100 millions de personnes vivent dans un logement sans raccordement à un réseau d’eau potable.

La situation est particulièrement critique dans les pays d’Europe de l’Est comme la Pologne.

De plus, 67 millions de personnes n’ont pas accès à un assainissement amélioré et à des moyens sûrs d’éliminer les matières fécales humaines.

Il existe en 2021, une pénurie d’or bleu et le monde manque d’eau.

Développement durable et eau disponible

Le développement durable repose sur trois piliers : préservation des écosystèmes, développement économique et lutte contre la pauvreté.

Quand la réflexion sur le développement durable était menée sur le sujet, la sensibilisation aux ressources en eau était moindre malgré l’engagement de l’O.N.U (rapport annuel 2015).

Aujourd’hui l’eau devient un enjeu majeur et probablement une source de tension avec l’évolution du changement climatique.

Ainsi en matière d’agriculture et de sécurité alimentaire, les besoins en eau deviennent cruciaux car le taux de prélèvements augmente plus que le taux de l’eau redistribué.

Ce sont les ressources aquifères souterraines qui sont les plus mise à contributions car elles fournissent en eau potable la moitié de la population mondiale.

Mais un aquifère sur cinq est surexploité car de plus en plus destiné à l’irrigation intensive pour l’agriculture.

L’exploitation des ressources souterraines est donc de moins en moins durable.

Tout est lié avec les besoins.

Pour satisfaire la productivité agricole et réduire le niveau de pauvreté, l’irrigation entraîne aujourd’hui de graves pollutions.

Les pompes des nappes tombent en panne en raison de pannes d’électricité qui résultent du manque d’eau nécessaires aux centrales thermiques.

Le manque d’eau entraîne un problème d’énergie et a des conséquences sur la santé.

De nos jours, la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie, sont confrontés à une pénurie hydrique élevée.

C’est la pénurie d’or bleu, le monde manque d’eau.

Prospectives

En 2030, selon les chercheurs du World Resources Institute, environ 470 millions de citadins (dans 45 villes) seront confrontés à un manque d’eau avec des répercussions sur la santé publique.

En 2050, la demande en eau aura augmenter de 55 % en raison de la croissance démographique (9,5 milliards de personnes sur terre) et des besoins de l’industrie et de l’agriculture.

Article : P. du Chélas

Eau douce : une ressource stratégique mondiale

Qualité et critères de l’eau

Filtres et pureté de l’Eau

Cycle de l’eau

Notre planète bleue et l’eau

Écumes de Mer et Mousse d’eau

Ressources en eau de notre planète

Table des polluants de l’eau potable

Pénurie d’or bleu, le monde manque d’eau

Bouteilles d’eau avec des Microplastiques

La bouteille d’eau est une bonne arnaque potable


Un minimum vital de 20 litres d’eau par jour et par personne est préconisé pour répondre aux besoins fondamentaux d’hydratation et d’hygiène personnelle (Organisation mondiale de la Santé (OMS))




Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : pixabay.com

error: Content is protected !!