Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

DÉCHETSDÉVELOPPEMENT & DURABLEINTELLIGENCE ENVIRONNEMENTALEPOLLUTIONS

Les déchets inertes non dangereux

Les déchets inertes, non dangereux, sont des déchets qui ne subissent aucune modification physique, chimique ou biologique importante.

En effet, e sont des déchets qui ne se décomposent pas, ne brûlent pas et qui ne produisent aucune autre réaction physique ou chimique avec l’environnement au contact d’autres matières (ADEME).

Origines des déchets inertes

Ces déchets ne sont d’ailleurs pas biodégradables.

Ils ne détériorent pas de surcroît les matières avec lesquelles ils entrent en contact.

Les déchets inertes ne sont pas susceptibles d’entraîner des atteintes à l’environnement ou à la santé humaine.

Ils sont principalement produits par l’activité de construction (principalement du B.T.P) et sont aussi pour l’essentiel de type minéral :

  • béton, bois, cailloux, faïence, tuiles, briques
  • céramiques, ciment, verre
  • ardoise, pierres, briques, grès, marbre, déblais
  • métaux, tuiles, enrobés bitumineux
  • terres non végétales non polluées

Tout ce que l’on jette à la poubelle ou que l’on emmène à la déchetterie est un déchet.

Mais la variété des déchets rend la situation plus complexe du fait de leur catégorie en fonction de leur nature, de leur provenance et de leur caractère.

Des déchets stables

Les déchets inertes, non dangereux, sont donc neutres.

Ils ne se décomposent pas mais par contre ils restent stables.

Ils ne sont également pas biodégradables et ne détériorent pas d’autres matières au contact.

Toutefois tous les déchets minéraux ne sont pas des déchets inertes.

C’est ainsi le cas l’amiante, la laine de roche et le plâtre qui se dissout dans l’eau.

Ces déchets minéraux peuvent donc engendrer des pollutions.

Pour le bâtiment, ils proviennent de la démolition – déconstruction (64 %), des volumes et de la rénovation – réhabilitation (30 %).

Les déchets inertes représentent environ 90 % des déchets issus de travaux publics et environ 70 % de ceux du secteur du Bâtiment.

Le volume global de ces déchets est donc conséquent.

Sur les 100 millions de tonnes de déchets collectés en 2016 pour le recyclage, le secteur du bâtiment est le premier pourvoyeur avec précisément 39,6 millions de tonnes traitées.

Une énorme production

Pour exemple, le total annuel de déchets inertes traités en Ile-de-France est passé de 20 à 25 millions de tonnes en 2018.

Les chantiers du Grand Paris doivent créer 45 millions tonnes de déblais sur une dizaine d’années.

L’ Ile-de-France compte 9 installations de stockage de déchets non dangereux.

Ainsi la situation est variable dans le pays.

Dans le Grand Est, le total annuel est de 16,4 millions de tonnes de déchets du BTP dont 13,9 millions de tonnes sont des déchets inertes (gravats, déblais, fraisats routiers…).

Sur ce volume, 81 % soit 11,3 millions de tonnes ont été réemployées ou recyclées.

Au niveau national, la loi de transition énergétique pour la croissance verte fixe les objectifs suivants :
  • valoriser sous forme de matière ;
    55 % des déchets non dangereux non inertes en 2020 (par rapport à 2010)
    65 % des déchets non dangereux non inertes en 2025 (par rapport à 2010)
    70 % des déchets du secteur du bâtiment et des travaux publics en 2020
  • réduire les quantités de déchets non dangereux non inertes de ;
    30 % en 2020 (admis en installation de stockage) par rapport à 2010
    50 % en 2025.(admis en installation de stockage) par rapport à 2010

En général, on valorise les déchets inertes avec des techniques de concassage et de criblage.

Le recyclage des déchets du bâtiment représente à lui seul un chiffre d’affaires national de 1,8 milliard d’euros.

Article : P. du Chélas





Les déchets s’accumulent

Les déchets dangereux des ménages

Déchets et pollution : quelles prospectives ?

Refiom et Refidi : résidus des fumées d’incinération

Déchets plastiques et pollution

Les trafics de déchets

Déchets et responsabilités

Pollution numérique et Déchets Électroniques

Newsletter Green Hired

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!