Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

DÉCHETSPOLLUTIONS

Les déchets s’accumulent

Les déchets s’accumulent. Et de plus en plus.

Jusqu’en 2019, le monde occidental se débarrassait de 7 à 9 millions de tonnes de déchets chaque année.

C’était facile à l’époque.

On les envoyait en Chine pour en faire une nouvelle matière première.

A l’origine cela permettait à la Chine de compenser son manque de plastique.

Par contre ils alimentaient quand même un trafic très juteux.

Fin du débouché chinois

Depuis le 1° janvier 2021, la Chine n’accepte plus les déchets venant d’Europe et des États-Unis.

Jusqu’à cette date, les pays riches vendaient leurs déchets plastiques recyclés en Asie car ils ne les traitaient pas eux-mêmes.

Ces expéditions de déchets représentaient environ 220 millions d’Euros (par an).

L’Union européenne en 2017, par exemple, avait exportait en chine 50 % de ses déchets. Soit environ 2300 millions de tonnes.

Ce chiffre doit être comparé aux 2,54 milliards de tonnes de déchets tous types produits en 2016 dans l’Union européenne.

Ce chiffre représente l’ensemble des activités économiques et des ménages soit 2.514.220.000.0000 kilos de déchets par an.

Ainsi, à l’échelle des consommateurs, en 2017, chaque Européen produisait en moyenne 486 kg d’ordures ménagères.

En France, c’est 511 kg pour chaque français, y compris les enfants également.

Imaginez 511 kg de papier de bonbons.

En terme de production de plastique cela représente 46 milliards de bouteilles en plastique. Ou bien 36,4 milliards de pailles.

Maintenant les déchets s’accumulent

Recyclage des déchets : mission impossible

La décision de la Chine de mettre fin aux importations de déchets provoqua un désastre en 2018.

Le plastique commença à s’accumuler sur les plages de Californie car la Chine mit fin aussi aux importations de plastique aux fins de recyclage.

Pourtant la Chine en avait informé l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2017.

Depuis, toutes les catégories de déchets sont interdites d’entrer en Chine. Et donc les déchets s’accumulent.

Ainsi, outre le plastique, ce sont aussi 32 types de déchets que la Chine n’acceptent plus ; matériaux textiles et laitiers, papiers non triés, scories, croûtes d’oxydes et déchets provenant de la fabrication du fer et de l’acier.

Le volume des importations de déchets en Chine est ainsi subitement passé de 600 000 tonnes par mois en 2016 à 30 000 tonnes par mois en 2018.

Et ensuite à zéro depuis 2019 avec la fermeture de ce marché. Voilà po

Voilà pourquoi les déchets s’accumulent.

Le choc des déchets

Ce choc planétaire que représente la décision du gouvernement chinois remet à plat plusieurs problématiques que le marché chinois masquait :

Avec plus de 75 % de ses déchets exportés vers la Chine, la France se retrouve ainsi avec ses stocks sur les bras.

Ces derniers remplissent les centres de tri provoquant des problèmes de sécurité et de dépassement des autorisations d’exploitation

En refusant de prendre les déchets plastiques de la France, les Chinois obligent nos industriels à trouver des solutions pour les recycler.

Les français savent très bien recycler le plastique dur (bouteilles d’eau, de soda…) mais pas les plastiques souples (sacs en plastiques, films d’emballages de packs de bouteilles ou de papier toilette….).

De son côté, la Chine qui en 1980 ne produisait que 30 millions de tonnes de déchets, en produit aujourd’hui 234 millions avec une perspective de 500 millions de tonnes à 10 ans.

Les déchets plastiques des pays développés repartent massivement vers plusieurs pays d’Asie du Sud-Est.

C’est là que les industriels chinois du recyclage transférent aussi leurs activités : Malaisie, Thaïlande et Vietnam.

Panne de recyclage

Le circuit du recyclage mondial est en crise et les pays occidentaux qui ne se reposaient que sur la Chine peinent à trouver des solutions de repli pour traiter leurs déchets.

La France ne recycle qu’un quart de ses emballages en plastique.

Avec une capacité de recyclage des déchets en plastique de 400.000 tonnes, la France en produit 900.000 tonnes ; faites le compte de ce qu’il reste.

Par contre, depuis 2020 d’autres villes d’Asie du Sud-Est croulent aussi sous les déchets importés.

Ces villes acceptaient tous nos déchets alors que leurs capacités de recyclage sont faibles à l’échelle mondiale.

En 2019 la Malaisie importa ainsi 870 000 tonnes de plastique.

Face à cet afflux mondial de déchets, les pays d’Asie du Sud-Est ferment à leur tour leurs frontières.

Vous comprenez mieux pourquoi vos déchets ne se récoltent pas et qu’ils s’accumulent en mer.

Fin des exportations en Asie des déchets européens

La Chine, premier pollueur mondial, veut réduire de 30 % en cinq ans l’utilisation de plastique sur son territoire.

Le pays bannit déjà le plastique à usage unique comme les sacs jetables, les pailles alimentaires et le polystyrène.

Son industrie de la restauration a interdiction d’utiliser des couverts en plastique à usage unique dans les grandes villes.

De plus, à compter de 2022, l’usage des emballages non biodégradables est interdit en Chine.

D’après Eurostat, en 2018, la France a exporté plus de 1,8 million de tonnes de déchets hors de l’Union européenne, constituées de matières premières recyclables, triées et homogènes.

Ces exportations de déchets restent en augmentation depuis plusieurs années, faute de capacités de traitement suffisantes ; il ne s’agit pas d’élimination mais de valorisation des déchets.

La France manque d’outils de transformation et d’usines capables de trier.

De plus le plastique est deux fois moins recyclé que dans le reste de l’Europe.

Les entreprises vendent leurs déchets transformés sur un marché d’une valeur de quatre milliards d’euros par an.

Par contre les collectivités locales paient des entreprises étrangères pour ce service.

Alors que l’Italie et la Suisse sont les nouveaux débouchés de nos déchets, les Français vont devoir assumer les conséquences de leur mode de consommation.

Et alors même qu’ils ne sont pas favorables à l’installation de centres de tri et d’incinérateurs prés de chez eux.

Vos déchets ne sont pas des semences.

Vos déchets ne se récoltent pas.

Article : P. du Chélas

Recyclage enzymatique du plastique

Déchets et responsabilités

Recyclage des papiers et cartons en crise

Recyclage enzymatique et Plastique

Œufs contaminés à Paris

Recyclage des pales d’éoliennes

Papier recyclé et qualité

Plastique et destruction de notre planète

JO 2024 : Coca-Cola et la planète


La question aujourd’hui est de savoir où les déchets plastiques des pays développés finissent par aboutir ?
Dans la mer ?
Dans ce cas ils reviennent de nouveau dans vos assiettes.




Newsletter Green Hired

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!