Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

DÉVELOPPEMENT & DURABLEMÉTAUXPLANÈTEPOLLUTIONSRECYCLAGE & OBSOLESCENCESANTÉ & BIEN ÊTRE

Les métaux lourds sur la planète

Les métaux lourds sont des ressources naturelles réparties sur l’ensemble de notre planète.

Leur densité et leur répartition sont très variables selon les continents.

Les métaux lourds sur la planète ou éléments traces métalliques (ETM) sont en fait des éléments chimiques métalliques.

Cette notion d’éléments-traces métalliques tend ainsi à remplacer celle de métaux lourds.

Historiquement, il n’existait que trois métaux lourds : le mercure, le plomb et le cadmium. 

Mais maintenant parmi eux figurent l’aluminium, le brome, le cadmium, le chrome, le cuivre, le manganèse, le mercure, le nickel, le plomb et le zinc.

Demande exponentielle

Selon une étude du CNRS, il sera extrait dans les 30 prochaines années plus de métaux que depuis le début de l’humanité. 

Les entreprises diagnostiquent leurs vulnérabilités d’approvisionnement et se consolident d’ailleurs avec des contrats bi-parties.

Ainsi Renault l’a fait avec le Maroc pour s’assurer du cobalt indispensable pour les batteries électriques.

De son côté l’union Européenne projette un “Raw Materials Act” afin de garantir les entreprises européennes.

Par contre la transition écologique et énergetique entraîne le prix des métaux vers le haut.

Surtout les métaux critiques et stratégiques.

Le tout dans une ambiance de réchauffement climatique.

Classifications variables

On classe généralement les métaux lourds en retenant une masse volumique supérieure à 40000 ou 5000kg/m3.

Ainsi au regard de la classification périodique des éléments, on identifie comme métaux lourds tous les éléments compris entre le cuivre (Cu) et le plomb (Pb). 

Une autre approche classe comme métaux lourds tous les éléments métalliques à partir de la quatrième période de la classification périodique.

Mais on inclut aussi dans cette catégorie des éléments comme l’arsenic et le méthylmercure ainsi que d’autres substances dangereuses.

En effet l définition métaux lourds sur la planète résulte d’un concept industriel.

Métaux et Ressources naturelles

L’Europe donne une définition plus large pour le droit européen et celui des États – membres.

En effet elle désigne comme métal lourd, tout composé d’antimoine, d’arsenic, de cadmium, de chrome hexavalent, de cuivre, de plomb, de mercure, de nickel, de sélénium, de tellure, de thallium et d’étain.

L’UE désigne aussi ces matériaux sous leur forme métallique dès lors qu’ils sont classés comme substances dangereuses.

Les métaux lourds sont présents dans les différentes couches de la terre mais ne sont pas toujours répartis de la même manière.

Ils prédominent dans le noyau (à 3000 km de la surface).

Au final, ils apparaissent peu par rapport à d’autres éléments chimiques dans la croûte terrestre.

Sur la surface terrestre, les éléments chimiques les plus abondants sont l’oxygène et le silicium.

Par contre, le métal lourd le plus présent est le fer.

Sous la surface, les métaux lourds se trouvent notamment et le plus souvent dans des composés minéraux et apparaissent dans toutes sortes de roches.

Ainsi le chrome se trouve dans la chromite, le cuivre dans la malachite, le plomb dans la galène, le vanadium dans la patronne, etc.

Pollution humaine aux métaux

Les métaux lourds deviennent toxiques d’autant plus quand leur concentration augmente.

Nous l’écrivions d’ailleurs dans notre article sur le saumon d’élevage.

En effet il existe un réel risque d’intoxication aux métaux lourds.

L’industrie et l’agriculture se servent notamment des métaux lourds pour leurs activités.

Ces métaux se retrouvent au final dans les milieux aquatiques qu’ils saturent.

Les métaux lourds, issus de l’activité humaine, sont très souvent des substances toxiques qui provoquent des effets néfastes sur l’organisme et donc sur notre santé.

L’Homme utilise des métaux lourds depuis le début des civilisations et continue de le faire souvent avec excès. De plus en plus même.

La pratique inclut parfois dans la catégorie des métaux lourds des toxiques comme l’arsenic qui est un métalloïde.

On classe aussi en métaux lourds certains composés organométalliques (méthylmercure par exemple).

A titre d’exemple, toute notre planète est concernée par la pollution au mercure.

D’autant plus qu’aujourd’hui, même les zones polaires en sont fortement imprégnées.

Article : P. du Chélas


Métaux
Terres Rares
Minéraux et Métaux

aluminiumantimoine
arsenicbrome
cadmiumchrome hexavalent
cuivreétain
manganèsemercure
nickelméthylmercure
séléniumplomb
tellurethallium

Intoxication aux métaux lourds

Ressources naturelles : État des lieux

Extraction et dépendance aux métaux Rares

Matières critiques et hydrogène en Ukraine

Terres rares et métaux stratégiques

Cobalt et plainte contre les GAFA au Congo

Nickel et enjeux géopolitiques

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!