Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ENVIRONNEMENTMOLLUSQUES & GASTÉROPODESNATUREOCEANS & MERS

Palourde asiatique ou corbicule d’Asie

On ne dit pas « le corbicule » mais « la corbicule » pour désigner la palourde asiatique qui est en fait un mollusque d’Asie.

Comme souvent avec les espèces marines, cette palourde arriva aussi par bateau dans les années 1970 et sans valise tout comme le crabe asiatique.

Elle s’accroche en effet aux coques des navires et autres bateaux.

Cette palourde asiatique (Corbicula fluminea) est en fait un bivalve d’eau douce et d’eau saumâtre.

Sa coquille est symétrique, légèrement triangulaire et arrondie sur tout le bord.

Fruit de mer des estuaires, c’est par celui de la Dordogne que la palourde asiatique commença à remonter les cours d’eau français.

Sa progression la classe aujourd’hui comme espèce exotique envahissante par les scientifiques.

Sans prédateur, elle se reproduit en plus très rapidement.

La corbicule d’Asie ou palourde asiatique pullule en effet dans certains endroits de la Loire et modifie les écosystèmes originels de manière dévastatrice.

Invasive, la palourde asiatique commence par changer les substrats naturels ce qui déloge les espèces locales de bivalves qui disparaissent.

Elle parvient même à bloquer des installations mécaniques sur les cours d’eau en bouchant les grilles d’alimentation des systèmes de pompages.

Sa capacité de filtrage est par contre propice au développement des herbiers.

En effet, la palourde asiatique se nourrit de phytoplanctons car elle est gourmande des matières en suspension.

Cela rend l’eau des fleuve plus transparente mais au détriment d’autres espèces qui manquent ainsi de nutriments.

La vase de fond disparaît et fait place à des bancs de corbicules d’Asie.

Il est donc difficile d’empêcher son développement.

Plusieurs techniques furent tentées comme la réduction du taux d’oxygène dans l’eau, le dragage des sédiments, l’asséchement des plans d’eau et l’augmentation de la salinité de l’eau.

Des études en laboratoire portent sur l’augmentation de la température de l’eau.

A l’inverse, l’emploi de biocides s’avère efficace.

Mais cette pratique est formellement interdite dans les milieux aquatiques de France et de l’Union Européenne.

Article : P. du Chélas



La pieuvre un céphalopode intelligent

Pétoncle noir en rade de Brest

Pollution biologique des Navires

Écosystèmes marins menacés

Crabe asiatique en France

Moustique Tigre Asiatique

Moucheron asiatique ou Drosophila suzukii

Frelon asiatique contre frelon européen

Punaise diabolique asiatique et invasive

La coccinelle Asiatique

Espèces Exotiques Envahissantes ou EEE

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : FLick

error: Content is protected !!