Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ALIMENTATIONSANTÉ & BIEN ÊTREVIANDE

Viande : 100 milliards d’animaux abattus dans vos assiettes

Saviez-vous que l’industrie de la viande représente une production intensive avec 100 milliards d’animaux abattus dans vos assiettes…

En effet, la société de consommation a fait de la viande un nouveau standard de nos habitudes alimentaires.

La contrepartie est la baisse de consommation de fruits, de légumes, de pain et aussi de céréales.

Cette société de consommation à outrance nous amène à plus de dix repas par semaine avec de la viande : canard, bœuf, veau, volaille,…

On estime aussi que le nombre d’animaux de toutes espèces tués approche les 150 milliards d’individus.

Sont ainsi concernés les vaches, veaux, poissons, chèvres, ovins, dindes, porc, poulets, oiseaux, chameaux, hérissons,..

Que ce soit d’ailleurs pour la consommation avec les repas ou pour les sous–produits.

La consommation de viande à travers le monde a de surcroît triplé au cours de ces 40 dernières années.

Elle est passée de 25 kg à 38 kg par personne et par an entre 1970 et 2009.

En 2017, la consommation mondiale de viande a atteint le chiffre de 323 millions de tonnes.

Aujourd’hui, un Européen en consomme en moyenne 80 kg par an contre 110 kg pour un Australien ou un Américain aux U.S.A.

Paradoxe du burger dans les ménages

En France, un paradoxe s’installe avec une consommation de 135 g de viande par jour et par habitant.

Les Français achètent en efet de moins en moins de viande chez le boucher.

Par contre, ils en consomment de plus en plus en dehors de leur domicile.

Notamment avec une augmentation de leur consommation de burgers et de sandwiches.

En 2018, la consommation totale en France fut de 5,9 Mtec (millions de tonnes équivalent carcasse).

Cela représente une hausse de 3,3 % par rapport à 2017.

En 2022, cette consommation totale de viande des Français fut de 5,8 Mt équivalent-carcasse (à domicile et hors domicile).

Ainsi chaque Français consomme en moyenne 87,5 kgec (kilogrammes équivalent carcasse) de viande.

La viande de porc, y compris sous forme transformée, reste la viande la plus consommée des Français.

Ils en consomment 31,9 kgec/hab (en 2018), malgré un recul de près de 15 % depuis presque 20 ans

Malgré cette curieuse situation Française, la consommation de viande a progressé de 2,3% par an au cours des 10 dernières années.

La raison en est surtout un glissement des choix.

La viande représente le premier poste de dépenses alimentaires des ménages.

Devenir des animaux vivants tués

Les victimes directes de notre gigantesque consommation mondiale de produits d’origine animale sont les animaux.

Autrement dit des espèces vivantes de cette planète dont le destin est de finir dans l’estomac de l’Homme en passant par son assiette.

Les cochons, les veaux, les moutons, les vaches, les poulets et poussins, les sangliers, les canards, les oies et autres animaux souffrent.

Ils subissent ainsi une banale cruauté avec cette industrie de la viande.

Cette industrie est aujourd’hui mondiale et saa seule règle d’or est la rentabilité.

Les perspectives de consommation de viande pour 2050 s’établissent à 463 milliards de kilos soit 100 milliards d’animaux abattus chaque année.

En comparaison et en 2020, 128 millions de tonnes de poulets furent mis en vente.

Cela fait de cette viande, celle qui est la plus consommée au monde.

Elle dépasse ainsi le porc avec ses 114 millions de tonnes.

On est passé de la fermette à la ferme usine et l’élevage intensif pour l’élevage d’animaux qui finissent dans les assiettes.

Aujourd’hui pour produire une telle quantité de viande, l’homme entassent les animaux.

Il provoque des sélections génétiques, n’hésite pas à les mutiler (castration à vif, ablation de la queue ou du bec) et à modifier leurs comportements.

En 2018, en France, sur plus d’un milliard d’animaux tués au moins 850 millions, soit environ 8 animaux sur 10, étaient confinés dans des élevages intensifs, sans accès à l’extérieur.

Selon l’Institut national de la recherche agronomique (INRAE), la production d’1kg de viande bovine provoque une émission de 27 kg de gaz à effet de serre.

Article : P. du Chélas



Élevages intensifs d’animaux

Viande hybride et alimentation

CETA et santé alimentaire

Viande et sous-produits de la viande

Saumons d’élevage dangereux pour la santé

Réchauffement climatique et activités humaines

Voitures à pédales électriques

Newsletter Green Hired

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act



Photo : freepik.com

error: Content is protected !!