Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

AGRICULTUREÉCONOMIEFLORE & ALGUESINGRÉDIENTS

Brésil et production de la canne à sucre

Le Brésil développe la première production de sucre mondial avec 40 % de la canne à sucre (Saccharum officinarum) en culture.

La production brésilienne avoisine ainsi les 752 millions de tonnes métriques de canne à sucre (2019).

Sa production de sucre représente aussi 22 % de la production mondiale avec 40 MT de sucre.

Le Brésil a d’ailleurs multiplié par 5 sa production en 25 ans.

A ce titre, le Brésil est à la fois premier producteur et premier exportateur mondial.

En comparaison, le continent africain n’en produit que 6 millions de tonnes.

Le Brésil en tant que premier exportateur mondial de sucre contrôle 50 % des exportations mondiales.

Il exporte à la fois du sucre roux (24Mt) et du sucre blanc (5Mt) soit près de 70 % de sa production.

La production mondiale de sucre est de l’ordre de 176 millions de tonnes métriques.

Par contre l’Inde est au coude à coude avec le Brésil pour la production de sucre avec près de 30 millions de tonnes.

Pour la production, le Brésil, est suivi par la Chine, la Thaïlande, les États-Unis et le Mexique.

Si pendant longtemps les marchés du sucre et du rhum furent l’essentiel de la culture, aujourd’hui la demande augmente pour l’industrie de la chimie, de l’énergie et du du médicament.

On utilise le sucre de deux manières :

  • Ingrédient direct (poudre ou morceau)
  • Ingrédients complémentaire dans l’agro-alimentaire

Par contre le Brésil développe aussi avec sa canne à sucre la production d’éthanol.

En effet ses usines de transformation de canne peuvent tout autant produire du sucre que de l’éthanol.

Une bonne partie du parc automobile brésilien est d’ailleurs équipé de moteurs flexfuel.

Ces moteurs peuvent utiliser à la fois de l’essence et de l’éthanol produit avec le sucre.

Le prix en hausse du pétrole incite par ailleurs de plus en plus de pays producteurs à se tourner vers l’éthanol.

Cette tendance fait monter fait monter les cours du marché du sucre car elle réduit la quantité de sucre disponible.

L’Inde projette ainsi d’augmenter son volume d’éthanol de 10 % à 20 % pour 2030 afin de réduire son empreinte carbone.

La limite du Brésil pour augmenter la production de canne à sucre est celle de la déforestation de l’Amazonie.

La canne à sucre est une herbe géante tropicale de la famille des graminées originaire de l’île de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La culture de la canne à sucre se développa surtout en Inde mais on la cultive dans plus de cent pays.

C’est sa tige qui stocke un sucre cristallisable : le saccharose. 

Cette plante du genre Saccharum comprend trois espèces sucrées :

  • Saccharum officinarum (canne noble)
  • Saccharum sinense
  • Saccharum barberi

Mais il existe également trois autres espèces non sucrées de canne à sucre :

  • Saccharum robustum
  • Saccharum spontaneum
  • Saccharum edule

La canne à sucre qui nécessite soleil, eau et chaleur, fait partie des plantes dites en C4 avec le maïs et le sorgho.

Ces plantes absorbent plus de dioxyde de carbone (CO2) avec la photosynthèse que les autres plantes.

Elles fournissent donc plus d’oxygène et produisent plus de biomasse.

Outre le Brésil et l’Inde, on cultive également la canne à sucre en Afrique du Sud, Australie, Chine, Cuba, États-Unis, Mexique, Thaïlande et même en Espagne.

Article : P. du Chélas



Noix du Brésil en forêt d’Amazonie

Essence de synthèse et e-carburant

Biocarburants à l’huile

Calcul des émissions de Co2

La Grive litorne

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!