Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

NUCLEAIREPOLLUTION CHIMIQUE

Centrale nucléaire et Rejets chimiques

Les centrales nucléaires utilisent des substances chimiques et donc de ce fait il y a une production de rejets chimiques…

Les centrales nucléaires utilisent en effet pour leur fonctionnement le bore, la morpholine (hétérocycle saturé), l’hydrazine, l’acide sulfurique et la monochloramine (amine chloré).

Par contre, ces substances chimiques sont nécessaires pour un conditionnement optimal des circuits d’eau.

Mais aussi des circuits diphasiques eau – vapeur.

Cela permet la prévention de la corrosion, de la déposition des produits, de l’entartrage et du développement de micro-organismes pathogènes.

Le fonctionnement d’une centrale nucléaire entraîne donc des rejets d’eau dans l’environnement de plusieurs natures.

Mais aussi des rejets d’effluents radioactifs, chimiques et thermiques.

Tout cela impacte nécessairement la faune, la flore et la santé des populations.

Eau dans les circuits

Pour l’essentiel, les effluents chimiques non radioactifs proviennent des eaux des salles des machines (ammoniaque, morpholine, ….).

Et également des installations de production d’eau déminéralisée (sodium, chlorures, matières en suspension…).

Mais les rejets chimiques proviennent aussi des stations d’épuration des eaux usées (phosphores,…) et des circuits de refroidissement des condenseurs d’une centrale nucléaire.

Ainsi depuis la mise en service des centrales nucléaires en France, des efforts visent à limiter les rejets radioactifs.

Ces efforts tendent à améliorer les circuits de collecte et de traitement des effluents avec une gestion plus rigoureuse.

Ces efforts réduisent ainsi les rejets « hors tritium » par voie liquide.

Ceux ont été divisé par 100 depuis 1985.

De même, des efforts tendent à limiter l’impact des rejets chimiques.

Ces efforts portent sur le remplacement des tubes en laiton des condenseurs, la réduction des rejets de cuivre et de zinc, la diminution des rejets d’hydrazine (brassage à l’air ou oxygénation) et d’acide borique (recyclage).

Toutefois et pour mieux maîtriser les rejets chimiques, il faut noter l’abandon des rejets d’acide oxalique et d’EDTA (agent de chélation ou chélatant).

Vapeur d’eau et fuites

Malgré une réglementation et une amélioration significative des fluides, de nombreuses fuites existent encore tout comme les rejets autorisés.

Une centrale ne rejette pas seulement que de la vapeur d’eau malgré les certifications ISO 14001.

En effet, des rejets chimiques des centrales nucléaires subsistent et des effluents finissent dans les rivières et les mers.

Que cela soit accidentel ou autorisé, des produits chimiques corrosifs ou irritants et des éléments radioactifs finissent dans l’environnement.

Il s’agit donc bien de rejets chimiques de centrales nucléaires mettant en péril l’environnent.

En 2011, EDF détecta une hausse importante de l’acidité au point de rejet des eaux pluviales de sa centrale nucléaire de Chooz (Ardennes),

L’origine en était une fuite d’acide sulfurique.

Cette fuite résultait de la corrosion de tuyaux rouillées et d’un système d’alarme vétuste.

Le déversement dans la Meuse représenta environ 400 à 600 litres chaque jour pendant trois semaines.

En 2013, la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) connut une fuite dans la riviere Moselle.

La fuite fût de 58 m3 d’acide chlorhydrique.

Par contre Il y a eu une autre fuite en 2014 de 10 m3 de monochloramine.

Les exploitants sont toujours convaincus que les quantités déversées sont toujours inférieures à la limite maximale des rejets autorisés.

Mais ils abordent peu les seuils sanitaires.

Article : P. du Chélas

Qui Nucléaire 
Atome
Centrales Nucléaires
Quiz Eau Océans
Quiz environnement

greenhired.fr Industrie

Centrale nucléaire et Rejets chimiques

Centrales nucléaires et Rejets de gaz

Pollution Nucléaire et déchets radioactifs

Centrale nucléaire et Rejets des eaux

Centrale nucléaire et Rejets thermiques

Nucléaire et sécurité

Pollution des océans et activités humaines

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!