Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ANTICIPATIONCOMMERCEÉCONOMIE

Sommet et accord du Mercosur

Le sommet du Mercosur du début du mois décembre 2023 devait voir la conclusion d’un accord avec une réunion des chefs d’États.

Mais il semble s’éloigner.

Le Mercosur (Mercado Común del Sur) représente en effet un marché économique portant sur quatre pays avec 269 millions de consommateurs : Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay.

Un traité datant de 2019 est toujours en cours de renégociations pour des ajustements.

Plus exactement, ce traité prévoyait la création de la plus grande zone de libre-échange économique.

L’Union Européenne en perte de vitesse face à la Chine devrait être hautement intéressée par un possible accord de libre-échange.

Les chiffres parlent d’eux mêmes avec un déficit de 7,3 milliards d’euros pour la zone euro en 2022.

La part de marché de l’UE dans la zone du futur Mercosur est d’ailleurs tombée de 25 % à 18 %. 

En effet, les pays du futur Mercosur sont ceinturés par des barrières tarifaires importantes.

Selon les marchandises les droits de douane varie de 14 % à 35 %.

D’où l’intérêt pour l’union Européenne d’obtenir un accord lors du sommet du Mercosur.

Par contre des blocages existent toujours avec le bloc des quatre pays sud-américains qui pourtant souhaitent signer.

Les oppositions fortes viennent d’ailleurs plus particulièrement de la France.

La France veut imposer le principe d’un développement durable et le respect des normes de production européennes.

En effet, les modes de production dans les pays du Mercosur ne respectent pas les normes de l’Union européenne.

Il est vrai qu’un accord UE-Mercosur pourrait permettre des échanges de produits agricoles traités avec des pesticides interdits sur le territoire français.

Selon le concept de la Realpolitik américaine, en matière d’économie, les règles sont faites pour être changées.

Surtout quand elles empêchent le commerce.

D’autant que la Chine devient un créancier majeur des pays en développement et de plus en plus structurant pour l’économie mondiale.

Les standards communautaires s’avèrent être une nouvelle contrainte pour des accords avec des pays n’ayant pas le même niveau normatif.

Sinon, l’Allemagne et le Brésil tentent toujours de sauver l’accord UE-Mercosur.

Article : P. du Chélas



Noix du Brésil en forêt d’Amazonie

Sommet du Millénaire aux huit objectifs

Produits écologiques et ressources durables

Céréales et Sécurité Alimentaire

Économie de marché et science économique

Black Friday contre Green Day

Guerre des microprocesseurs

Changer nos modes de consommation

Papier toilette : fabrication et consommation

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

error: Content is protected !!