Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

CONVENTIONS & TRAITESNUCLEAIREPÉTROLE

COP28 : appel au nucléaire

A l’ouverture de la COP28., vingt pays lancent un appel au nucléaire.

Ils se veulent conscients qu’il n’est pas possible de sortir des énergies fossiles avec uniquement les renouvelables.

La COP28 s’inscrit donc dans l’histoire et semble ne pas devoir finir comme les précédentes avec leurs sempiternelles promesses.

En effet, l’atome est une source d’électricité quasiment sans carbone capable de remplacer les énergies fossiles.

Ces pays, dont les États-Unis et la France, veulent ainsi tripler les capacités de l’énergie nucléaire dans le monde.

Ils visent une échéance pour 2050 par rapport à 2020.

Le représentant américain a la COP28, John Kerry, rappelle ainsi que la réalité des faits.

Pour lui, même la science démontre que l’on ne peut pas atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 sans nucléaire.

Les Émirats arabes unis avec leur première centrale nucléaire se joignent au Ghana, au Japon et au Canada.

Tout comme le Maroc, la Corée du Sud, la Moldavie et la Mongolie.

Du côté de l’Europe, la Belgique, la Bulgarie, la Finlande, la Hongrie, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, l’Ukraine, la République Tchèque et le Royaume-Uni adhèrent aussi à l’appel.

Curieusement la Chine avec ses 100 projets de centrales nucléaires n’est pas signataire tout comme la Russie.

Ce nouveau cercle nucléaire tacle aussi les institutions financières internationales et appellent les actionnaires à investir dans le nucléaire.

Un autre appel se veut par contre plus renouvelable en voulant miser sur le solaire, l’éolien, l’hydroélectricité ou encore la biomasse.

Cet appel à tripler les d’énergies renouvelables se veut plus consensuel,.

Mais il ramène une fois de plus la COP28 dans les errements des précédentes éditions.

Encore une fois, des milliers de négociateurs s’échinent à préparer des textes devant être adaptés à la clôture de cette COP28.

Tout cela pour appeler une énième fois à la réduction et à la fin des énergies fossiles : charbon, gaz et pétrole.

Par contre dans la liste des pays signataires de cet appel aux énergies renouvelable ne figure pas l »Iran, l’Irak, l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Qatar, la Chine ou encore la Russie.

Ces plus grands pays producteurs et consommateurs d’énergies fossiles ne semble donc pas réceptifs au discours des causes écologiques et des associations comme Greenpeace.

Par contre, une avancée plus concrète apparaît en marge avec la promesse d’une cinquantaine de sociétés pétrolières.

Il s’agit d’un engagement à décarboner leurs productions à l’horizon 2030.

Ces sociétés représentant 40 % de la production mondiale de pétrole.

Entre appel au nucléaire et appel aux énergies renouvelables, la COP28 va t-elle vraiment se démarquer au pays du pétrole ?

Article : P. du Chélas



COP28 : l’ordre mondial change

COP 28 au pays du pétrole

La fin du pétrole ou pas ?

Énergies renouvelables et utopies

Émissions de C02 et faux crédits carbone

Green Deal ou pas en Europe

Conventions des Parties : COP, CMP et CMA

COP 26 : Spécial Revue de Presse 2021

COP 27 : Climat et Biodiversité

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

error: Content is protected !!