Green Hired Art

Made in Montreuil sur Mer

COMMERCEMAMMIFÈRES

Le pangolin : un écailleux

Le pangolin, un écailleux de la famille des pangolins modernes, fait partie de la famille des Manidae (ou Manidés).

Cette famille comprend d’ailleurs toutes les espèces actuelles de pangolins.

On dénombre ainsi huit espèces de pangolins dans le monde : quatre en Afrique et quatre en Asie.

Ces huit espèces sont des espèces en danger critique d’extinction.

Le pangolin est par contre le seul mammifère au monde recouvert d’écailles.

C’est un pholidote insectivore, grand amateur de fourmis (myrmécophage) tout comme le tatou.

Mal voyant, le pangolin possède à contrario un excellent odorat et aussi une ouïe fine.

Il vit en terrier et s’enroule sur lui-même en cas de danger.

Le pangolin peut aussi se déplacer sur ses deux pattes arrière.

Suspect un moment dans l’affaire du laboratoire de Wuhan, le pangolin est innocent de cette accusation.

Ce n’est pas lui le transmetteur du virus Sras-CoV-2 à l’origine de l’actuelle pandémie Covid-19.

Les scientifiques continuent d’étudier le virus et ont finalement écarté la responsabilité du pangolin dans la transmission du coronavirus aux humains.

Un braconnage mondial

Le pangolin est donc le mammifère le plus braconné au monde aujourd’hui.

C’est pour cela qu’il est de plus en plus rare en Asie.

En effet, le pangolin est très facile à capturer, surtout en raison de sa petite taille (entre 30 et 80 cm),

En plus il n’est absolument pas dangereux.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) classe, depuis 2016, le pangolin parmi les espèces les plus menacées.

La CITES a interdit aussi sa commercialisation.

En 2017, entre 400 000 à 2,7 millions de pangolins furent chassés dans les forêts d’Afrique centrale.

De surcroît pour ravitailler le marché asiatique.

Au Cameroun, la contrebande de pangolins explose en raison de la demande en écailles en Asie du Sud-Est.

Ce trafic à destination de la Chine est par contre difficile à combattre.

En effet, les écailles de pangolin s’utilisent dans la médecine traditionnelle chinoise.

Le trafic de ce petit mammifère rejoint le commerce de la drogue, des armes, la traite des êtres humains et les crimes financiers.

Une protection concrète

Maintenant l’Inde protège le pangolin.

Ce pays, en dénombre en effet deux espèces différentes.

L’Inde mise sur un plan de sauvegarde sur cinq ans dans la région du Maharashtra.

On espère que cela mettra un frein au braconnage très répandu dans cette région.

En 2016, la police de Hong Kong a ainsi saisi 13,4 tonnes d’écailles de pangolin en provenance du Cameroun, du Nigeria et du Ghana.

On braconne le pangolin pour ses écailles mais pas seulement.

Au siècle dernier la peau du pangolin servait également pour la tannerie.

Les États-Unis en étaient un grand importateur : cette peau servait à confectionner des bottes de cow-boy, des ceintures et des portefeuilles.

Le pangolin est le mammifère en danger d’extinction le plus touché par le commerce illégal dans le monde.

La Convention sur le commerce international d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites) agit.

Ses 3 500 délégués (de 183 pays) lui accordent le plus haut degré de protection.

Le pangolin figure maintenant dans l’annexe « I » de la Cites.

Cela en interdit le commerce international.

En conclusion, la sauvegarde du pangolin n’est pas garantie.

Son commerce au niveau national relève de la tutelle des États.

Article : Roman Skorupski

La peau du pangolin est malheureusement remplacée par celle du poisson arapaïma. Cette espèce d’Amazonie est maintenant menacée à son tour.

Le ratel ; un teigneux de la brousse

Putois à pieds noirs

La tourterelle des bois

Moustique Tigre Asiatique

Mouche Soldat Noire et recyclage

Les escargots sont vieux de plus de 600 millions d’années…

Le Panda Roux dit le flamboyant

Éléphants en deuils en Tanzanie

Les variétés de thons

Espèces Exotiques Envahissantes ou EEE

Covid et la peste noire



Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : lespecialiste.be

error: Content is protected !!