Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ÉCO - CONSEILSINTELLIGENCE ENVIRONNEMENTALEORGANISATIONSTENDANCES

ONG et corruption

Alors que des comportements troublants de corruption se révèlent au sein de notre institution européenne plusieurs personnages occupent la scène médiatique de même qu’une ONG.

Parmi ceux-ci des eurodéputés sont au cœur des affaires.

Mais également le responsable de l’ONG, un autre d’une confédération syndicale et aussi un haut fonctionnaire de l’exécutif européen.

Qatargate

Sans aborder les secrets de l’affaire, nous nous retrouvons encore une fois dans une affaire de corruption.

Les réactions sont fortes car on évoque déjà la nécessité d’améliorer les règles d’éthiques.

On évoque même une étude pour réformer les règles de transparence.

Par contre, ce scandale, s’il est avéré par les policiers et les juges belges, met en lumière le microcosme des ONG.

Avec notamment l’ONG Fight Impunity et son mentor Mr Pier Antonio Panzeri.

Il faut tout d’abord souhaiter que le nom de cette ONG sera suivi à la lettre.

Et donc que les juges belges vont bien combattre l’impunité comme le réclame cette ONG.

En effet, le rôle de l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri semble acté.

C’est ce qui a d’ailleurs mis en lumière l’ONG Fight Impunity faite sur mesure par ses propres soins.

L’ONG Fight Impunity s’apparente en effet plus à un outil financier pour Pier Antonio Panzeri afin d’écouler l’argent qu’on lui offre gracieusement.

C’est ce point particulier qui nous ramène au problème de la confiance et de l’éthique dans nos démocraties.

En effet, ce scandale dépasse largement la simple question du lobbying institutionnel du parlement européen.

Il pointe du doigt la régulation des activités d’influence au sens large au sein de l’institution.

Actuellement, le registre de transparence qui est commun à la Commission, au Parlement et au Conseil de l’UE, répertorie l’ensemble des entités (12 509) y exerçant des activités de lobbying.

Ce registre impose un code de conduite et il inscrit dans sa base de données l’objet des activités de lobbying et les montant des dépenses.

Mais l’inscription n’est pas obligatoire.

De leurs cotés, les parlementaires doivent aussi respecter un code de conduite en matière d’intérêts financiers et de conflits d’intérêts.

Mais curieusement, et sans inscription, l’ONG Fight Impunity avait ses entrées dans les enceintes de l’institution.

Tout comme Pier Antonio Panzeri.

Mais il faut noter en effet que les anciens eurodéputés sont libres d’y accéder.

De surcroît tout comme les représentants officiels des autres pays et pas seulement ceux du Maroc et du Qatar.

Plus curieux encore, la pratique des dons de l’ONG Fight Impunity quand on découvre qu’un représentant syndical en bénéficia.

A l’inverse, le rapport annuel insipide de cette ONG présentant son bilan relève plus de l’encart publicitaire avec le logo de son association.

Nouvelles règles de lobbying

Conséquence directe du Qatargate, affaire de corruption touchant aussi sa vice-présidente, le bureau du Parlement européen change ses règles de 1999 applicables à ses anciens députés.

Ainsi à compter du 1 mai 2023, une nouvelle disposition va interdire aux anciens eurodéputés d’exercer une activité de lobbying auprès du Parlement pendant une période de six mois à partir de la fin de leur mandat.

A la suite de cette période de six mois, les anciens députés souhaitant mener des activités de lobbying ou de représentation auprès du Parlement européen, devront s’inscrire au registre de transparence.

Ainsi, les anciens députés européens perdent leurs droits d’accès ainsi que les facilités d’accès accordés auparavant aux anciens membres du parlement européen.

D’autre part, le règlement du Parlement est en cours de révision.

Une autre question se pose aussi : quelles règles faut-il imposer pour éviter tout phénomène de corruption dans notre monde capitaliste même de la part d’une ONG.

L’idéal serait peut-être de « Promouvoir la lutte contre l’impunité pour les violations graves des droits de l’homme et les crimes contre l’humanité ».

Mais ce slogan est déjà pris par l’ONG Fight Impunity qui depuis a fermé son site Web.

La respectabilité n’est pas un gage d’honnêteté et encore moins de légalité même pour les ONG et les risques de corruption.

Mais cela Anticor le sait.

Article : P. du Chélas



Qatargate et Qatar Papers

Éthique et valeurs sociétales

JO 2024 : les Phryges comme mascottes

Travail : Slashing et Corporate Nomad

TikToK et vos données personnelles

Responsabilité Sociale des Entreprises – ISO 26000

Gaz de Karish et Cana

Lactalis et fraude aux denrées alimentaires

Vanlife et camping-car

La Grive litorne

Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!