Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ADDITIFS ALIMENTAIRESALIMENTATIONSANTÉ & BIEN ÊTRE

Additifs alimentaires à proscrire

Il existe des additifs alimentaires à proscrire de votre alimentation en raison d’une certaine dangerosité.

En effet les additifs peuvent être soit de nature chimique ou soit être vraiment naturels.

Actuellement, l’Europe autorise 300 additifs dans les produits alimentaires.

L’Europe les considère sans danger mais seulement pour une petite quantité légale.

En effet les additifs chimiques autorisés se comptent en centaine.

Toutefois parmi ces deniers, il en existe des plus populaires que d’autres en terme de dangerosité.

Parmi ceux-ci on peut citer par exemple les nitrates et nitrites (E249, E250, E251, E252), des conservateurs très présents dans les charcuterie.

La liste de ce Top des additifs les plus dangereux sera mise à jour au fil de l’eau.


Benzoate de sodium : E211

Agent de conservation, le benzoate de sodium (E211) est un additif alimentaire permettant de conserver plus longtemps et sans bactéries notamment les sodas, les tartes et les confitures du commerce.

Dangereux car il affaiblit le système immunitaire et provoque de l’asthme, de l’hyperactivité (chez l’enfant ), des irritations oculaires (chez l’adulte), des insomnies, des troubles digestifs et des troubles du comportement.

Carraghénanes : E407

Épaississant et gélifiant, c’est un additif que l’on retrouve dans les produits très transformés et dans les aliments sucrés (dessert, confiserie). Il s’agit d’extrait d’algues du Brésil, de Bretagne et du Chili.

Les carraghénanes entrent quant à eux dans la composition de 6800 produits (source base Open Food Facts).

Leur inconvénient est qu’ils se dégradent (carraghénanes dégradés ou poligeenans).

Les carraghénanes provoquent aussi des maladies intestinales.

Il faut donc les éviter en cas de cancer, de maladie intestinale et de diabète.

Colorants artificiels : E100 à E199

Les colorants industriels se classent sous le nom de code « E1…».

Ainsi ils se retrouvent dans les bonbons et les confiseries pour les enfants.

Tous les colorants bleus, rouge cochenille et jaune de quinoléine sont à proscrire car ils favorisent l’hyperactivité (surtout chez les enfants) et des troubles du comportement.

Les colorants artificiels présentent aussi des risques de cancer et sont sources d’insomnies, de maux de tête et de troubles de la vision.

Dioxyde ou oxyde de silicium : E551

Également désigné Silice, le dioxyde de silicium notamment fait partie des additifs pouvant contenir des nanoparticules.

Il s’utilise notamment dans les arômes, les colorants et les émulsifiants.

Son utilisation en France ne se fait que sous certaines conditions.

Il est par ailleurs recommander de ne pas respirer ce produit lorsqu’il se présente en poudre.

Et cela en raison d’un risque de silicose (fibrose pulmonaire)

Dioxyde de soufre : E220

Conservateur et agent de blanchiment d’origine synthétique, le dioxyde de soufre est un produit qui appartient à la famille des sulfites (poudre blanche).

On s’en sert depuis des siècles dans la fabrication du vin. En effet il stoppe les différentes étapes de fermentation du moût et stabilise le vin.

Le dioxyde de soufre et les sulfites s’utilisent comme antibactériens et antiseptiques notamment dans les charcuteries, les fruits secs et les confiseries.

Le dioxyde de soufre est relativement toxique car dans les faits on dépasse souvent sa dose journalière admissible (DJA) de 0,7 mg/kg.

Dioxyde de titane : E171

Le dioxyde de titane E171 fait l’objet d’une interdiction depuis le 1° janvier 2020 dans les produits alimentaires.

Il s’avérer toxique pour les mamans, les fœtus et les bébés.

Édulcorants artificiels : E950 – E968

Plus spécifiquement parmi les additifs alimentaires dangereux, on peut aussi citer des édulcorants artificiels comme la sucralose, le cyclamate, le neotame et la saccharine.

De même Il faut bien préciser que l’aspartame (E951) et le sorbitol (E420) sont tous les deux considérés comme dangereux pour la santé.

Ces édulcorants artificiels peuvent également déclencher des fatigues chroniques, des migraines.

Ils peuvent être aussi à l’origine de maladies dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

Glutamate de sodium : E621

Le glutamate de sodium (ou monosodique ou MSG), numérotés E621 à E625 sur les étiquettes, est un additif alimentaire chimique.

Il sert à rehausser le goût des aliments et principalement dans les plats asiatiques. Il est aussi incorporé dans les biscuits salés ou sucrés, les chips, les plats préparés et des sauces industrielles.

Dangereux en quantité importante, il perturbe notamment les hormones qui régulent notre appétit.

De même, le glutamate de sodium favorise le diabète tout en rehaussant notre taux de glycémie.

De plus il serait toxique pour les neurones surtout chez les enfants.

Attention car le glutamate de sodium peut être mentionné sous diverses appellations. On le nomme aussi acide :

  • acide glutaminique (E620),
  • le glutamate de sodium
  • glutamate monosodique (E621),
  • le glutamate monopotassique (E622),
  • diglutamate de calcium (E623),
  • glutamate d’ammonium (E624),
  • diglutamate de magnésium (E625),
  • et sous le sigle GMS.

Gras trans

Les acides gras trans (matières grasses partiellement hydrogénées) se trouvent surtout dans les pâtisseries et les viennoiseries industrielles. Ils sont également très dangereux pour l’organisme.

On les produits de deux manières :

  • – naturellement par hydrogénation bactérienne dans le système digestif des ruminants. Ils sont présents en petite quantité dans le beurre, le lait, la graisse de bœuf, etc.).
  • – artificiellement en hydrogénant partiellement les huiles végétales liquides et en les transformant en graisses semi-solides ou solides;

Les matières grasses partiellement hydrogénées se retrouve en grande quantité notamment dans des produits tels que la margarine et les huiles de torréfaction spéciales.

Elles servent généralement dans les restaurants fast-food, les pâtisseries, les biscuits et les gâteaux.

Mais on les retrouvent aussi dans les sauces, les céréales, les barres de céréales, les sucreries, etc.

Elles ont un impact très négatif sur le taux de cholestérol et elles favorisent aussi le risque de maladies cardio-vasculaires.

Hydroxytoluène butylé : E321

L’hydroxytoluène butylé (BHT ou 2,6-di-tert-butyl-4-méthylphénol) est un antioxydant de synthèse.

Cet additif alimentaire s’utilise aussi bien dans la confection des plats industriels que dans celle de leurs emballages

Potentiellement dangereux pour la peau (risques d’allergies), l’ hydroxytoluène butylé est potentiellement cancérigène.

Nitrate de sodium : E250

Le nitrate de sodium est un additif alimentaire que l’on trouve surtout dans les charcuteries. Par contre, il sert aussi dans les viandes, les fromages et les poissons industriels. Il permet de les conserver plus longtemps les aliments.

Une consommation excessive de nitrate de sodium entraîne, entre autres, de l’asthme, de l’hyperactivité et des insomnies. On constate aussi parfois des vertiges, des baisses de tension, des nausées, et certains cancers (notamment le cancer colorectal).

Quatre substances sont légales : nitrite de potassium (E249), nitrite de sodium (E250), nitrate de sodium (E251) et nitrate de potassium (E252).

Nitrite de potassium : E249

Le nitrite de potassium s’emploie beaucoup dans les charcuteries, les salaisons, le foie gras et le bacon traité.

Il provoque des essoufflements et des vertiges. Il empêche les globules rouges de transporter l’oxygène (comme tous les nitrites). il peut provoquer la mort par asphyxie chez les nourrissons. On le considère comme cancérigène.

Sirop de glucose-fructose

Aussi nommé « sirop de maïs », cet additif alimentaire artificiel est un liquide sucré. C’est un concentré de sucre utilisé pour les viandes sous – vide ainsi que pour les gâteaux industriels et les biscuits.

Il est composé de glucose, un sucre simple contenant une seule unité de sucre (appelé « monosaccharide ») et de fructose, un autre sucre simple très présent dans les fruits (appelé souvent « sucre des fruits »). Leur association produit un autre type de sucre nommé saccharose, soit un disaccharide appelé « sucre de table ».

On l’obtient à partir d’amidon (de maïs et plus souvent de blé) dont on sépare les molécules. La chaîne de molécules de glucose est ensuite découpée (hydrolysée) afin d’obtenir des molécules de glucose libres. Une partie de ce glucose est alors transformée en fructose par un processus d’ isomérisation grâce à une enzyme.

Le glucose-fructose fait monter monter la glycémie et augmente donc les risques de diabète ; le foie peut aussi en souffrir.

Article : P. du Chélas

Additifs alimentaires dangereux

Nitrites et charcuteries

Aliments et additifs chimiques

Additifs, arômes, colorants et conservateurs alimentaires

Édulcorants artificiels : des additifs intenses

Additifs alimentaires naturels

Additifs et innovations provenant du recyclage

Troubles digestifs et inflammations de l’intestin avec les conservateurs alimentaires

Additifs alimentaires et les autorisations

Newsletter Green Hired

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act


Les additifs alimentaires sont des substances que l’on ajoute aux aliments pour exercer des fonctions technologiques spécifiques.

Ils sont classés en 5 grandes familles




Photo : pixabay.com

error: Content is protected !!