Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ALIMENTATIONCONSERVATEURS ALIMENTAIRESÉCO - CONSEILSSANTÉ & BIEN ÊTRETENDANCES

Colorants alimentaires dangereux

Les colorants alimentaires dangereux existent bel et bien.

Normalement, un colorant alimentaire est un additif utilisé pour (re)donner de la couleur à une denrée alimentaire (voir la norme Européenne).

Ainsi il existe trois catégories de colorants dans l’industrie agro-alimentaire ; naturels, de synthèse et artificiels.

Les colorants alimentaires sont listés selon leur couleur (directive 62/2645/EEC de 1962)

Naturels

Les colorants naturels proviennent d’éléments naturels (organiques ou végétaux) comme le jus de betterave ou le jus de chou rouge par exemple.

C’est le cas par exemple de la Curcumine (E100) qui est un colorant jaune-orange provenant de la racine du curcuma longa.

Mais c’est aussi le cas de la gélatine de bœuf ; on la trouve dans des yaourts tout comme les sécrétions de cochenilles servent pour les glaces.

Voir à ce sujet notre article sur les Additifs alimentaires naturels

De synthèse

Par contre les colorants de synthèse sont des produits chimiques. Ils proviennent de l’industrie chimique et ils sont identiques aux colorants naturels.

C’est le cas de la fuchsine (rouge violacé), de la mauvéine et de l’indigotine (synthèse de l’indigo). 

Il en existe ainsi une grande quantité et ils sont bien référencés par la législation européenne des codes E.

Les colorants alimentaires de synthèse se présentent en général sous la forme de poudres hydrosolubles.

Artificiels

En ce qui concerne les colorants artificiels ce sont des produits chimiques sans équivalent dans la nature. Ce sont ces colorants que l’industrie agro-alimentaire utilisent. Ils s’en servent pour rendre nos produits plus appétissants.

Aussi certains colorants de synthèse (chimiques) sont toxique et dangereux pour la santé de l’homme.

De nos jours, on se soucie plus des composants de ces colorants alimentaires.

Que certains colorants soient dangereux pour la santé de l’homme, cela n’est pas nouveau.

Depuis très longtemps les colorants ont été sources d’intoxication et de fraudes.

En 1820, une liste de colorants toxiques pointa déjà du doigt des colorants.

Il s’agissait notamment des bonbons colorés au plomb (rouge), au vermillon (colorant contenant du mercure) et au vert de Scheele (colorant contenant de l’arsenic).

Les premières réglementations pour encadrer les colorants alimentaires dangereux, interviendront en 1836 au Danemark avec des autorisations.

Et ensuite en Allemagne en 1887 avec les interdictions de colorants dangereux.

Les colorants à éviter

De nos jours, certains colorants alimentaires sont mis à l’index en raison des risques qu’ils représentent pour la santé

C’est le cas notamment pour les colorants associés avec un conservateur (E211, benzoate de sodium).

Dans ce cas, ils provoquent des troubles de l’attention et de l’hyperactivité chez l’enfant (Troubles digestifs et inflammations de l’intestin).

Les colorants alimentaires concernés sont :

  • Tartrazine (interdit en UE) : E102
  • Quinoline Yellow : E104
  • Sunset Yellow FCF ou jaune-orangé sunset : E110
  • Azorubine ou carmoisine : E122
  • Ponceau 4R : E124
  • Allura Red AC : E129

Plus spécifiquement on peut aussi citer des édulcorants artificiels comme la sucralose, le cyclamate, le neotame et la saccharine.

A noter que l’aspartame (E951) et le sorbitol (E420) sont aussi tous les deux considérés comme dangereux pour la santé.

De surcroit l’aspartame se retrouve dans tous les produits (plusieurs milliers).

La raison en est simple car il n’est pas cher à fabriquer et son pouvoir sucrant est 200 fois supérieur à celui du saccharose.

D’un autre côté le sorbitol quant à lui peut provoquer des cataractes et de neuropathies à hautes doses.

Sans compter qu’il possède des effets laxatifs et qu’en plus il aggrave le syndrome du colon irritable.

L’EFSA s’efforce d’établir, lorsque c’est possible, l’évaluation de la sécurité des colorants alimentaires et des additifs.

Mais cette évaluation ne se réalise qu’à partir des informations des fabricants disponibles

A partir de cette évaluation, l’EFSA définit une dose journalière admissible ( DJA ) pour chaque substance.

Au final limitez la consommation de bonbons de vos enfants…

Article : P. du Chélas



Étiquettes alimentaires et santé

Les colorants azoïques

Additifs alimentaires chimiques

Le colorant alimentaire amarante E123

Conservateurs alimentaires chimiques

Colorants alimentaires chimiques

Additifs alimentaires et les autorisations

Additifs et innovations provenant du recyclage

Santé et microplastiques


Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Crédits Photos : Pixabay.com
Site web de partage d’images diffusées en licence libre

error: Content is protected !!