Green Hired

Made in Teahupo'o – Tahiti

ALIMENTATIONAQUACULTUREÉCONOMIEESPÈCESOCEANS & MERSPOISSONSSANTÉ & BIEN ÊTRE

Saumons d’élevage dangereux pour la santé

Avec la commercialisation actuelle, on achète des saumons d’élevage qui sont de plus en plus dangereux pour la santé.

En effet, depuis 1980 le saumon n’est plus un produit de luxe et cela en raison de son élevage devenu industriel.

Dans ce domaine, la Norvège s’impose avec 60 % de la production mondiale.

Et par ailleurs, la France est le premier importateur mondial de saumon surtout en fin d’annee.

En effet un Français consomme en moyenne 2,5 kg de saumon par an (67000 tonnes en 2015).

Par contre en 2021, la Norvège a exporté 118 000 tonnes de saumon vers la France.

Mais méfiez vous en regardant le saumon dans votre assiette.

Il a toutes les chances d’être contaminé.

Destin du saumon

Dans sa vraie vie, le saumon naît en eau douce, migre vers l’océan, puis retourne en rivière pour se reproduire.

Avec la surpêche, les saumons sauvages se font rares.

Surtout ceux qui remontaient les fleuves pour se reproduire en eau douce et dont les plus jeunes migraient vers l’océan pour grandir.

La salmoniculture a pris le relais avec des élevages intensifs.

Ces élevages sont devenus de véritables enfers pour ce poisson épris pourtant de grandes rivières.

Aujourd’hui pour les saumons d’élevage, le seul destin est de fêter noël en famille.

Mais pas avec la sienne.

En 2017, plus de 100 000 saumons se sont échappés de leur enclos près de l’île Cypress (Etat de Washington – Etats-Unis).

En 2018, plus de 900 000 saumons se sont évadés d’une ferme piscicole au Chili.

Le 21 août 2023, une ferme piscicole arctique (Arctic Fish) dans les Westfjords (à l’ouest du pays) enregistrait l’évasion spectaculaire de 3500 saumons de son élevage.

Parmi tous les secteurs de la production alimentaire, l’aquaculture est celui qui progresse le plus rapidement.

Et en plus avec un taux annuel de croissance qui a atteint 5,8 % entre 2001 et 2016.

Alternative à la surpêche et aux pratiques destructrices des fonds marins, l’aquaculture pourrait s’inscrire écologiquement dans les objectifs de développement durable de l’ONU.

Le seul problème ce sont les saumons d’élevage dangereux pour la santé comme d’autres poissons d’élevage.

Du côté de la pêche traditionnelle

Les principaux producteurs de saumon de pêche sont les États-Unis, le Japon et la Russie.

Ils représentent 97 % de la production mondiale.

Les variations de prise vont de 700 000 à 1 000 000 tonnes d’une année à l’autre.

Les États-Unis pêchent du « sockeye » et du « pink » également pêchés par la Russie.

Le Japon ne pêche que du « pink ».

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la Norvège pêche peu.

Et toujours de manière traditionnelle à la ligne, au filet et à la senne danoise.

La Norvège compte ainsi 12 000 pêcheurs et 6 000 bateaux.

En plus, la Norvège a le record de pêcheries certifiées au monde.

Le gouvernement norvégien plafonne à 950 le nombre de licences pour la production de saumons d’élevage.

C’est d’ailleurs pour éviter les conflits d’intérêts avec les différentes activités marines.

C’est aussi pour éviter les problèmes de pollution aquatiques engendrés par une population de saumons trop importante,

Par contre, pas de saumon sauvage de Norvège sur les étals des poissonneries du pays.

Le saumon de Norvège provient exclusivement d’élevages.

La différence entre le saumon sauvage et le saumon d’élevage est simple.

On trouve plus de mercure dans le premier et plus d’intrants et d’antibiotiques dans le second.

L’élevage de saumon, déjà dénoncé

La durée de vie moyenne d’un saumon en mer est comprise entre 4 et 6 ans. Par contre, 3 ans suffisent pour l’élever dans une ferme.

La production d’un kilo de saumon d’élevage nécessite environ 1,5 kg de poissons sauvages sous forme de farine.

Il s’agit de granulés fabriqués selon une vieille recette Viking.

Je précise que c’est de l’humour car j’adore l’histoire des Vikings mais le mélange est vrai :

Dans une marmite, vous mélangez ;

  • 2% de glucides
  • 3 % de vitamines de minéraux
  • 11 % d’astaxanthine, un antioxydant riche en vitamine A
  • 30 % d’huile végétale non transgénique
  • 54% de farine de poisson soit un mélange en gros de 75 % de poissons sauvages non exploités commercialement et 25% de restes non commercialisés de poissons (têtes et queues de hareng, maquereaux,..)
  • pour finir, de l’éthoxyquine pour la conservation (antioxydant toxique mais pas mortel à faibles doses)

A ces débuts, l’aquaculture norvégienne utilisait une demi – tonne d’antibiotiques pour ses saumons d’élevages chaque année.

Cette pratique a cessé et ne reste employée qu’a titre curatif en cas de maladies.

Par contre, on vaccine les saumons à la naissance pour les transférer en mer.

L’idée est en effet de préserver l’environnement et la faune sauvage.

En 2013, la consommation de saumon avait baissé en France, à la suite d’informations dénonçant les conditions d’élevage du saumon avec des pratiques remettant en cause la santé alimentaire.

La réalisation du documentaire « Fillet Oh Fish » par le réalisateur Nicolas Daniels révéla un aspect scandaleux sur l’élevage intensif de poissons en Norvège mettant en péril la santé des consommateurs.

Des fjords contaminés

Pour des raisons de rentabilité probablement, les éleveurs norvégiens avaient eu la bonne idée de nourrir leurs saumons d’élevage avec une alimentation composée d’aliments végétaux comme le mais et le soja.

Résultats, leurs saumons d’élevage ont ainsi ingurgité les pesticides issus de l’agriculture intensive comme l’endosulfane et autres polluants organiques persistants (POP).

Voilà comment on produit des saumons d’élevage dangereux pour la santé.

Course à la rentabilité

Deuxième source de revenus de la Norvège, le saumon d’élevage (1,3 million de tonnes par an) ne fonctionne que grâce à l’aquaculture intensive.

Forcement la Norvège en paye les conséquences écologiques alors qu’elle joue avec la santé de la population.

En 2018, la société aquacole Salmar a installé en eau profonde à environ 10 km des côtes, la première ferme offshore aquacole au monde.

D’une capacité de 250.000 mètres cubes pour un coût de 75 millions d’euros, cette ferme offshore peut accueillir 1,3 million de saumons.

La structure (Ocean Farm 1) est ronde de 110 mètres de diamètre et de 69 mètres de haut.

Elle pèse un poids total de 7.700 tonnes. De fabrication Chinoise, elle fut convoyée par bateau.

Maladies toxiques

Et qui dit saumon, dit pou de mer (Lepeophtheirus salmonis).

En 2012, plus de 1,6 tonne de diflubenzuron finissent en mer alors que ce produit sert contre le pou de mer.

Le diflubenzuron est d’ailleurs interdit en France.

A l’état sauvage, les poissons infectés disparaissent par la sélection naturelle.

Par contre dans les fermes d’élevage, les agents pathogènes se transmettent rapidement d’un poisson à l’autre.

De plus, les poissons malades ne sont pas dévorés par leurs prédateurs ce qui facilite la contagion.

Le label bio n’est pas un gage de garantie contre les polluants car quatre résidus de pesticides, interdits avait été trouvé dans des pavés de saumon bio frais de Norvège et d’Irlande.

Une enquête datant de 2016, de 60 Millions de consommateurs Magazine (que l’on félicite pour son implication sur ce sujet) avait établi que la cause en était l’alimentation avec les farines et les huiles à base de poissons.

En contrepartie, il y a moins de toxiques dans les saumons fumés dont les tissus graisseux sont retirés.

Du côté Pacifique, le saumon ne se porte d’ailleurs pas mieux notamment au Chili.

En 2011, des chercheurs de l’Université Simon Fraser en Colombie-Britannique ont ainsi découvert que des saumons du Pacifique avaient contracté l’anémie infectieuse.

C’est un virus extrêmement contagieux et également dévastateur pour les saumons sauvages.

Nous consommons de plus en plus de saumons d’élevage dangereux pour la santé.

La différence entre le saumon sauvage et le saumon d’élevage est que l’on trouve plus de mercure dans le premier et plus d’intrants et d’antibiotiques dans le second.

Article : P. du Chélas



Saumon Industriel du CHili

Tilapias d’élevage

Esturgeons en danger critique

Métaux lourds et santé

Pesticides et santé humaine

Étiquettes alimentaires et santé

L’air pollué nuit gravement à la santé

Le bruit nuit gravement à la santé

Huile de Palme et santé



Newsletter greenhired.fr

Convention d’Aarhus / UICN / AI Act

Photo : Radio – Canada

error: Content is protected !!